05232017Headline:

Quand la politique des suiveurs d’Affi s’exporte en Allemagne

Quand l’amateurisme politique des suiveurs d’Affi s’exporte en Allemagne

Quand l’amateurisme politique des suiveurs d’Affi s’exporte en Allemagne

Parce qu’il a été un très proche collaborateur du Président Laurent Gbagbo depuis 1990, nous avons cru que Affi N’Guessan avait appris beaucoup de lui en matière de stratégie et de tactique. C’est pourquoi, lorsqu’il est sorti de prison et a crié entre autre «ne tremblez pas devant Ouattara, il n’est pas Dieu» ou encore parlant de l’éligibilité de Ouattara qu’«Il faut déjà qu’il sache qu’il n’est pas éligible !», nous avons tous applaudi et crié à qui voulait nous entendre que le FPI de Gbagbo “Is Back”!

Puis vint la période du doute, où Affi N’Guessan et ses suiveurs nous firent pleurer par leur danse de crabe.

Imaginez des gens qui crient à hue et à dia qu’ils veulent faire libérer Laurent Gbagbo de la prison où l’ont mis les colonisateurs et leur marionnette Ouattara. Ce sont ces même gens là qui le traite de “fausseur” à tout moment lorsque l’occasion leur est donné. Affi a commencé cette accusation nauséabonde en récusant la lettre de candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du FPI, la qualifiant de fausse.

Mais plus grave encore, avec des accusations de faussaire utilisant des comptes fictifs à travers le monde entier pour se la couler douce. En la matière, les suiveurs de Affi N’Guessan ont poussé l’ignominie à son comble en insinuant que Laurent Gbagbo n’était en réalité pas indigent comme l’avait affirmé la CPI après enquête. Il avait des trésors cachés partout et qu’il utilisait des prête noms pour gérer ces fonds là.

Au delà du caractère abjecte que revêtent ces insinuations, il faut voir le cynisme qui habite Affi et ses suiveurs. Car il n’y a pas plus gros cadeau que ça à faire à Bensouda, qui a toujours travaillé à refuser la liberté provisoire à Gbagbo parce qu’il serait un homme dangereux qui menacerait le pouvoir de Ouattara s’il était dehors. Ce que Affi et ses suiveurs disent à Bensouda, c’est qu’elle a raison de refuser de libérer Gbagbo. Cet homme peu recommandable, dispose d’un trésor de guerre (à travers ses compte et sociétés fictifs) à pourrir la vie au pouvoir de Ouattara. Et ses arguments là viennent de gens qui connaissent Gbagbo.

Tout ceci témoigne surtout de l’immaturité politique de Affi N’Guessan et ses suiveurs. Il n’y a que l’argent qui les enchante. Qu’est-ce que l’argent de Ouattara peut rendre fou!

En matière de stratégie politique, Affi et ses suiveurs sont des nains. Ils ont d’ailleurs exporté ce nanisme politique en Europe. En effet en analysant les nominations de représentants que Affi a faites pêle-mêle en France, en Suède, au Danemark et en Allemagne, on se rend compte qu’il ne connaît pas le terrain dans ces pays là. Il a en tout cas réussi l’exploit de nommer des gens qui ne sont pas capables de réunir plus de deux personnes en plus d’eux-même au cours d’une réunion publique.

Le fait le plus grossier et risible se passe en Allemagne où Affi N’guessan a nommé son neveu Koua Stive en qualité de Représentant du FPI en Allemagne et en Suisse, donc en remplacement de Diaby Kalilou qui momentanément empêché d’assumer ses fonctions de Représentant a délégué ses pouvoirs à monsieur Julien Antoine Togbo pour assurer l’intérim.

Selon les informations dont nous disposons, la nomination de Koua Stive a été conseillée par monsieur Julien Antoine Togbo, l’intérimaire de Diaby Kalilou, lors de son passage récent à Abidjan où il a été reçu par Marcel Gossio, Michel Amani N’Guessan et Affi N’Guessan lui-même.

La nomination de Koua Stive est intervenue par courrier (Réf.: 124/FPI/SG/SNDRE/CAB/cc) le 6 avril 2015. Quelques jours après (le 10 avril 2015 plus exactement), le nouveau “représentant” de Affi fait uncommuniqué dans lequel il rend «hommage à Diaby Kalilou et Julien Togbo pour tout le travail abattu pour hausser le Front». Jusqu’ici pas de problème sur la procédure.

Cependant, les militants FPI de l’Allemagne ne se reconnaissant ni dans cette nomination ni dans l’équipe de Affi N’Guessan, ont entrepris de relancer la mobilisation autour de Diaby Kalilou. Pour ce faire, ils ont invité monsieur Abdon Georges Bayéto, le tout nouveau Secrétaire National chargé des relations entre les Représentations et la Diaspora, à une séance de travail avec les militants et sympathisants FPI de l’Allemagne le samedi 16 mai 2015 à Hambourg.

Curieusement c’est pendant cette période des préparatives de la rencontre avec monsieur Abdon Georges Bayéto que monsieur Julien Antoine Togbo envoie une lettre de “dissolution du bureau intérimaire de la représentation FPI-Allemagne” aux membres de son bureau et aux secrétaires généraux de section, y compris à Diaby Kalilou. La lettre a été envoyée le 29 avril 2015, c’est-à-dire plus de trois semaines après la nomination de Stive Koua par Affi.

 

Deux question se posent ici.

Monsieur Julien Antoine Togbo avait-il besoin d’adresser une lettre de démission à une instance autre que celle nommée par Affi N’Guessan? Non! D’abord parce que la nomination d’un nouveau représentant entraine de facto la disparition de toute direction existant avant cette nomination. Fait plus grave encore c’est que monsieur Julien Antoine Togbo a adressé également la lettre au véritable Représentant du FPI en Allemagne en la personne de Diaby Kalilou. En faisant cela, Julien Antoine Togbo indique implicitement qu’il ne reconnaît pas l’autorité de Koua Stive mais plutôt celle de Diaby Kalilou, à moins que ce fait ne témoigne de la méconnaissance des textes du parti de la part du sieur Julien Antoine Togbo.

Deuxième question, en tant qu’intérimaire (Diaby Kalilou n’a pas démissionné), Julien Antoine Togbo avait-il le droit de dissoudre la direction de la représentation FPI-Allemagne? Si oui, pourquoi avoir attendu plus de trois semaines après la nomination de Koua Stive pour le faire?

Tout porte à croire que la mobilisation des militants FPI en Allemagne autour de Diaby Kalilou crée la panique générale chez les hommes de Affi N’Guessan qui commencent à avoir peur de l’isolation.

Les raisons fallacieuses avancées par Julien Antoine Togbo et selon lesquelles “helas cette vision de paix du president Laurent Gbagbo qui consiste:asseyons et discutons,a fait place aux injures, a la diffamation, a la propagation des rumeurs contre des uns et d´autres camarades” témoignent du flou qu’il entretient sur sa position réelle.

Reste maintenant à savoir ce que dira le camp Affi de cette couardise.

Serge Miezan

Militant FPI

ebeurnie

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment