10172017Headline:

Quand le général Mangou répond à ceux qui disent qu’il aurait dû démissionner

Quand le général Philippe Mangou répond à ceux qui disent qu’il aurait dû démissionner, ça donne ça. Voici ce qu’il a répondu à Me Emmanuel Altit, qui menait le lundi 2 septembre 2017, le contre-interrogatoire dans le procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, à la CPI.

Je vous l’avais dit, en 2007, lorsqu’une folle rumeur a couru la caserne, disant que tous ceux qui étaient sur la ligne de front allaient recevoir six millions de francs CFA de prime, le président Laurent Gbagbo a convoqué les chefs et soldats et a permis que pour la première fois, les soldats prennent la parole devant les militaires, ce qui ne se fait jamais.

J’ai pris la parole pour dire que je ne suis pas un mercenaire, que je suis un soldat de la République, j’ai combattu parce que mon pays était en danger et si la nation où l’Etat était reconnaissante, moi, une décoration était mieux que tendre la main pour prendre de l’argent. J’ai été hué par mes soldats.

« POUR AVOIR PROPOSÉ AU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO DE DÉMISSIONNER, ON A ATTAQUÉ MA RÉSIDENCE. ET MOI-MÊME DÉMISSIONNER PENDANT CETTE PÉRIODE ? C’EST SÛR QUE LES GENS S’EN PRENDRAIENT À MOI »

Et je vous ai rendu compte pour dire que le même soir, j’ai appelé le président Laurent Gbagbo pour lui dire que je souhaiterais le rencontrer, il m’a dit de venir. Je suis allé, j’ai dit : ‘’Monsieur le président, je suis venu rendre ma démission’’.  Le président a refusé. Il a dit non, ce n’est pas encore la période.

Pour avoir proposé au président Laurent Gbagbo de démissionner, on a attaqué ma résidence. Et moi-même démissionner pendant cette période ? C’est sûr que les gens s’en prendraient à moi. Et vous savez que je suis de Yopougon Kouté. Peut-être qu’ils s’en prendraient à mon village. Donc au lieu de démissionner, j’ai opté pour une autre solution, à savoir, rompre la chaîne de commandement. C’est ce que j’ai fait. Sinon, j’aurais pu démissionner ».

Démission ou rupture de la chaîne de commandement

Pourquoi n’ai-je pas démissionné le 10 mars, jour de l’annonce des experts de l’Union africaine ? Je ne l’ai pas fait à partir du 10 mars, parce que rappelez-vous que le 11 mars, le président Laurent Gbagbo m’a appelé pour me dire que la communauté internationale venait de le lâcher. Certainement qu’il venait d’avoir des informations en provenance de l’Ethiopie et me demandait ma position sur la solution proposée par les présidents sud-africain et angolais.

Quand je lui ai fait part de ma réponse, quand je lui ai demandé de démissionner, il a dit OK. Mais après l’attaque de ma résidence, il y avait une bande rouge qui  passait à la télévision. Celle-ci disait que le chef de l’Etat allait s’adresser à la nation. J’ai pensé que le président allait faire sa déclaration, j’ai attendu, il ne faisait pas de déclaration. Alors le moment opportun, j’ai rompu la chaîne de commandement ».

.andresilverkonan.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment