10192017Headline:

RDR Guerre des clans en Côte-d’Ivoire: Jusqu’où iront le PAN Guillaume Soro et son mentor Alassane Ouattara?

La crise est désormais ouverte entre le PAN Guillaume Soro et son mentor Alassane Ouattara. D’une guerre froide par personnes et actions interposées, le second a décidé de régler définitivement le cas Soro qui ne finit plus d’enfumer les relations entre cadres du parti au pouvoir et au-delà, le Rhdp. D’une protection et assurance tout risque qu’il lui accordait, le chef de l’Etat a décidé de rompre les amarres avec celui qui jusqu’en 2016 était son dauphin.

C’est la fin d’une idylle, la fin d’une lune de miel qui a pourtant brillé de mille feux. L’affaire Soul to Soul, du nom du directeur du protocole de Soro, incarcéré lundi après plusieurs semaines d’audition n’est que la face visible de l’iceberg d’une relation devenue orageuse entre les deux hommes au sommet de l’Etat. Jusqu’où iront-ils ?

On ne peut pas dire que Ouattara et Soro, liés par la récente histoire du pays, ne se connaissent pas. Le premier est issu des milieux de la finance internationale avec des ramifications dans les milieux politico-diplomatiques. Au Rdr il est déifié avec pour nom de code ‘’Bravetchè’’ (garçon brave). Alassane Ouattara est sans doute ce monstre froid au sens de Nietzche. Il est lent en réaction mais efficace à l’action. Il l’a souvent démontré au cours de ces dernières années aussi bien dans l’opposition qu’au pouvoir. Guillaume Soro, l’ancien leader estudiantin est un homme aguerri par quelques années de lutte syndicale mais surtout par le maquis. Il a lu Machiavel, Montesquieu, Rousseau et écrit un essai politique « Pourquoi je suis devenu un rebelle ». Futé, il a pour lui, le camouflage, la roublardise et l’endormissement.

Les deux hommes, dans leur liaison d’intérêt, ont entretenu et entretiennent encore mutuellement des secrets d’Etat. Dans un tel attelage, peut-on prendre le risque d’aller à la rupture sans dommages collatéraux pour l’un ou l’autre ?

Il était une fois le congrès du Rdr boudé de façon retentissante par le PAN. Depuis ce temps, selon des confidences, le chef de l’Etat a décidé de passer à la vitesse supérieure face à ce qu’il considère comme un affront de son poulain.

Ouattara, certainement las d’avaler des couleuvres, vient de porter l’estocade à Soro en commençant par lui couper l’herbe sous les pieds et en frappant là où ça va faire mal. Depuis lundi, c’est l’émoi dans le camp Soro qui, ahuri par le coup, réagit en livrant déjà quelques secrets fortement gardés à commencer le prisonnier lui-même. « Je suis en prison à cause de ces armes qui ont mis Alassane Ouattara au pouvoir », révèle Soul to Soul, contrariant ainsi la thèse répandue selon laquelle Ouattara est arrivé au pouvoir par les urnes. Pour les autres proches de Soro, ceci est la manifestation de l’ingratitude en politique.

Pour le moment Guillaume Soro qui sait à qui il a affaire et qui réalise qu’il est directement visé, répond par une réaction timorée en faisant diversion comme à son habitude. Peut-il oser un affrontement direct avec tout ce que cela comporte comme risque, perte de son poste, gel de ses avoirs, transfèrement à la Cpi… ? Il sait que Ouattara est capable du pire car il détient solidement l’appareil répressif de l’état, les réseaux diplomatiques. Et l’ancien commandant en chef de la rébellion est dans un cruel dilemme. Sur quel ressort peut-il s’appuyer quand il n’a rien pu faire précédemment face au limogeage de ses hommes dans l’administration ?

A vouloir pousser loin le bouchon, il risque de se retrouver dans un engrenage d’où il sortira difficilement. Si Gbagbo à l’époque pouvait compter sur ses soutiens actifs au sein du peuple, il est difficile d’envisager en ce qui concerne Soro un soulèvement de la base du Rdr contre Ouattara. Le chef de l’Etat le sait si bien qu’il dégaine le premier pour le bonheur des anti-Soro de son camp. « Est-ce que Soro me connaît ?», a-t-il confié à ses proches comme pour prévenir de ce qui arrive.

Mais attention à trop tirer sur la corde. Le camp Soro qui a vu venir cette nouvelle guerre, peut réserver bien des surprises. Sans alliés au plan local, il peut décider de jouer son va-tout dans ce qui apparaît comme une bataille de survie. Les dés sont jetés et la suite de ce scénario presque Hollywoodien promet.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment