12162017Headline:

Réclamation d’argent des militaires burkinabè à Ouattara-Soro : Nouvelles preuves à décharge pour Gbagbo à la CPI

Tout semble montrer que les ivoiriens continuent encore de souffrir, tout simplement parce que Dieu s’est résolu à révéler d’abord, à son rythme souverain, toutes les vérités que les hommes ont décidé d’étouffer.
En effet, lorsqu’on évoquera un complot international contre la Côte d’Ivoire, de 2000 au 11 avril 2011, la confrérie  OUATTARA s’ingéniera à insinuer que c’est à l’issue d’un mécontentement ivoiro-ivoirien que l’armée de Ouattara-Soro aura réussi à dompter celle de la Côte d’Ivoire.
N’agitez surtout pas l’inexcusable immixtion de l’armée burkinabé dans les massacres des ivoiriens, dans leur propre pays ; car, vous vous entendrez dire qu’une armée étrangère ne viendrait jamais combattre sur un territoire étranger, sauf déclaration de guerre.

Dans la guerre post-électorale de 2011, née de l’antidémocratique et non moins criminel refus de Dramane OUATTARA de reconnaître sa cuisante défaite, attestée, au demeurant, par la décision de la juridiction suprême chargée des élections, d’une part, et du rejet systématique de la proposition du candidat élu, Laurent GBAGBO, portant recomptage des voix, quel ivoirien n’a-t-il pas vu les officiers militaires et les hommes de rang de l’armée burkinabé, sans nombre, tenir les devants des batailles sur l’ensemble du territoire ivoirien ?
Et, lorsque le bi-mensuel burkinabé MUTATIONS, de la période du 15 au 30 septembre 2017, porte enfin la voix des réclamations pécuniaires des militaires burkinabé, pour la guerre par eux livrée à la Côte d’Ivoire, dans le seul but de transférer le pouvoir à Monsieur Dramane OUATTARA, n’est-ce pas là un pain béni, à quelques 2 mois de l’ouverture de la phase, devant exclusivement porter sur deux choses, devant la Cpi ?
Cette ancienne-nouvelle donne n’offre-t-elle pas de la consistance aux deux questions essentielles suivantes :
– Qui est le vrai planificateur du plan commun dans la crise ivoirienne ?
– Qui savait qu’il n’allait pas gagner ces élections de 2010 ?
À la question de l’identification du vrai planificateur du plan commun, dans cette crise, vient répondre cette autre réclamation de prime de guerre, des militaires burkinabé, après les premières preuves offertes par le paiement de la somme de 12.000 000 de nos francs, par Dramane OUATTARA à 8.400 mercenaires composites à Bouaké. En effet, il est invraisemblable pour Dramane OUATTARA de faire croire que ces mercenaires avaient été recrutés et formés, tout juste après les résultats litigieux des élections de 2010.
Il est, en effet, manifeste que tous ces massacreurs avaient été recrutés par le couple Dramane-Soro en vue des élections.
Il en découle, concernant la deuxième question relative à celui qui a gagné ces élections ou était certain de ne pas les gagner, que par ces aveux ces militaires burkinabé, il est clair que Dramane OUATTARA avait parfaitement conscience qu’il ne gagnerait jamais une élection en Côte d’Ivoire, et ne l’a effectivement point gagné en 2010.
C’est en cela que cette dernière réclamation pécuniaire, chiffrée à 1milliard, des militaires burkinabé à Soro, et, par voie de conséquence, à Dramane OUATTARA, demeure des éléments nouveaux tangibles, à la décharge du Président Laurent GBAGBO.
Rien ne restera éternellement caché dans cette tragédie subie par le peuple ivoirien.

Tchedjougou Ouattara

eburnienews

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment