07212018Headline:

Reconquête du pouvoir: Bédié, pourrait enfiler à nouveau les crampons pour jouer son dernier « match » en 2020…

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, pourrait enfiler à nouveau les crampons pour jouer son dernier « match » en 2020. C’est du moins le vœu secret de bien des personnalités de son parti, qui l’y poussent de plus en plus. Une pression persistante qui pourrait amener le Sphinx de Daoukro à revenir sur sa promesse de ne plus briguer une élection présidentielle après celle de 2010. « C’est mon dernier combat… », confiait-il à Jeune Afrique en 2009. En vue de la reconquête du pouvoir par son parti, le président du Pdci est « coaché » par une garde rapprochée. Un cercle très restreint constitué de ce qu’on pourrait appeler ces « cinq majeurs ».

Dans sa dernière publication du 1er au 7 juillet 2018, Jeune Afrique fait un « zoom » sur ces hommes et femmes qui « ceinturent » Bédié et feront chemin avec lui sur la route menant au pouvoir. Il s’agit de sa Directrice de communication, Mme Diomandé Djenebou Zongo. Au dire du confrère, « elle connaît son patron par cœur ». Cette jeune dame, qui est entrée dans la cour des grands en prenant l’ascenseur, est en effet bien appréciée de Bédié. En témoignent les éloges dont il l’a couverte à l’occasion du séminaire organisé le 4 décembre 2017 par la direction de la communication du Pdci. Dynamique et entreprenante, Mme Diomandé Djenebou « filtre les rendez-vous » du président du Pdci, selon la même source. Elle fait assurément partie du petit nombre de personnalités du parti septuagénaire, qui murmurent aux oreilles de Bédié.

Outre sa responsable de communication, Bédié est également entouré de « doyens », qui ont fait leurs classes et preuves au sein de la famille Pdci. Le cas de l’octogénaire N’Dri Yocolly, son beau-frère. Marié, en effet à la sœur de l’épouse de Bédié, c’est lui qui, au dire du confrère, « conseille le Sphinx de Daoukro sur les affaires traditionnelles ». Avec lui, un autre homme du sérail: Aoua Touré. Premier vice-président du Conseil de discipline et de l’ordre du Bélier, on a souvent aperçu sa frêle silhouette à l’occasion de la célébration des 70 ans du Pdci, épinglant à la poitrine de plusieurs récipiendaires, la médaille décernée par le parti. Il aurait joué le médiateur durant les temps orageux où « les irréductibles » ont quelque peu fragilisé Bédié.

Un autre membre du dernier cercle: l’universitaire Niamkey Koffi. Brillant philosophe, il fait partie des idéologues ou « machines à idées » du Pdci. Il est « le principal rédacteur (des) communiqués et résolutions » du parti, croit savoir notre source. Membre du « gouvernement » du Pdci, il dirige l’Institut politique du parti. C’est dire toute la portée de son action dans la stratégie de reconquête du pouvoir par le parti septuagénaire.

Le dernier membre de la garde rapprochée, c’est le tout nouveau porte-parole du Pdci: Narcisse N’Dri. Anciennement Directeur de cabinet d’Ahoussou Jeannot, il est un anti-parti unifié. Si son arrivée à la tête du porte-parolat du Pdci a surpris plus d’un, il semble bénéficier de l’entière confiance de Bédié.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment