03212019Headline:

Réforme de la Cei: Le gouvernement continue de manipuler l’arrêt de l’instance africaine, tout en refusant de jouer le jeu de la transparence

En continuant à marteler que la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a recommandé uniquement la « recomposition de la CEI », le gouvernement continue manipuler l’arrêt de l’instance africaine, tout en refusant de jouer le jeu de la transparence.

« En référence à la déclaration du Chef de l’Etat dont vous vous souvenez, le gouvernement travaille exclusivement à la mise en œuvre de ses instructions, en l’occurrence, la recomposition de la CEI qui est l’unique et principale observation de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Donc nous ne ferons pas plus que ça. Nous sommes ouverts aux propositions de toutes les parties pour continuer les négociations jusqu’à son terme », a déclaré Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement, connu pour ne pas être un brillant orateur, à l’issue du conseil des ministres du mercredi 13 mars 2019.

Pour lui, « Le cadre a été planté par le président de la République. Et l’interpellation de la Cour africaine des droits de l’homme, il est disponible pour tout le monde. Il est loisible pour les différents acteurs de faire des propositions qu’ils souhaitent. Mais le cadre de travail a été réitéré par le Premier ministre lors de la mise en mission des différents corps sociaux pour nous revenir avec leurs propositions. La société civile a fait la sienne, nous attendons assez vite les propositions des différents partis politiques et nous aviserons ».

L’arrêt de la CADHP, faut-il le rappeler, n’a jamais recommandé une simple recomposition de la CEI, mais a exigé une refonte de la loi électorale. En continuant de répétant une chose qui n’a jamais existé, Sidi Touré, Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara n’expriment-ils pas ainsi leur peur d’opérer une réforme réelle qui…

Lire la suite sur ivoiresoir

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment