03282017Headline:

Remous sociaux: Pourquoi Ouattara se tait/le silence pesant , déroutant du numéro 1 inquiète les ivoiriens…

ouattara

C’est bien un silence pesant et probablement déroutant. Alassane Ouattara, le numéro 1 ivoirien, ne s’est pas montré des plus loquaces ces derniers jours.

Son agenda, partagé entre audiences et moult séances de travail, est resté globalement ordinaire. Pour beaucoup, pourtant, la situation socio-politique ponctuée par des remous sociaux, commandait que le président ivoirien apparaisse en première ligne, dans une déclaration solennelle. Qu’il annonce des mesures concrètes dans le style « retour » à l’ancienne facturation au niveau de l’électricité, ou qu’il dégomme telle ou telle personnalité qui aurait échoué dans sa mission, eût été un message fort. Mais Alassane Ouattara s’est montré réservé…

En pleine manifestation anti-factures Cie, se seront succédé les propos d’un Pascal Affi N’guessan pestant : « Trop, c’est trop ! » et appelant à l’annulation « pure et simple des facturations fantaisistes ». Mais également ceux d’un Amadou Soumahoro invitant les populations à la « retenue » et au « calme ». Un grand écart entre la classe politique qui en dit long sur les approches des différentes chapelles.

Mais que pense Alassane Ouattara de la grogne de ses compatriotes ? Trouve-t-il qu’il y a de la surenchère dans les manifestations ? Pense-t-il, comme des membres de sa coalition, que derrière les évènements sanglants de Bouaké se cachent des mains obscures, que des hommes politiques ou non tireraient des ficelles ? Alassane Ouattara en veut-il à des collaborateurs ou même à la Compagnie ivoirienne d’électricité qui n’aurait pas suffisamment communiqué ? L’allié d’Henri Konan Bédié a bien sûr une opinion. Il a même ses solutions. S’il n’a rien dit, jusqu’ici, laisse croire une bonne source, c’est qu’il a décidé de prendre une « hauteur houphouétienne » avant toute sortie publique.

Sa réponse aux remous sociaux devrait intervenir lors du discours à la nation à l’occasion du 7 août marquant l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara devrait avoir deux prises de parole : l’une avant la cérémonie officielle, l’autre à la faveur de la traditionnelle interview avec les médias publics. Sans doute, le successeur de Laurent Gbagbo sait sa parole attendue. Il a pu mesurer à l’aune de la violence des remous la colère des populations face à la vie chère. Sans doute, « ADO solutions » annoncera des mesures. Parviendront-elles à apaiser la rue ? Il y va de l’intérêt général.

 

Kisselminan COULIBALY

L’INTER

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment