08172018Headline:

Rencontre Ouattara-Bédié : Ces mal terminer…

La rencontre entre Alassane Ouattara, chef de l’État, président d’honneur du Rassemblement des républicains (Rdr) et Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), président de la conférence des présidents du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a accouché d’une souris.

 

Aux yeux de nombreux observateurs, elle n’a pas abouti à des résultats concrets. Lorsque Ouattara et Bédié se sont serrés la main, avant-hier mardi, tout sourire, pour une rencontre dont on ignore tout de l’ordre du jour, l’on a tout de même pensé qu’ils allaient faire un grand pas dans le sens de la mise en place du parti unifié. Mais, leurs partisans sont restés sur leur faim. En tout cas, le sentiment général qui se dégage dans l’opinion, après leur rencontre fortement médiatisée, c’est qu’il s’agit, ni plus ni moins, d’un coup politico-médiatique qui a peu de chance de faire bouger les lignes. Elle aura, néanmoins, pour avantage, dans une certaine mesure, de décrisper l’atmosphère, quelque peu tendue entre les deux locomotives du Rhdp. Cette rencontre au sommet, entre les deux hommes, s’est tenue à huis clos au Palais de la présidence de la République le mardi 10 avril 2018. Tout un symbole. En déplaçant cette rencontre, contrairement à plusieurs autres fois, dans ses bureaux du Palais de la présidence de la République, Alassane Ouattara a peut-être voulu rappeler à son « aîné », qu’il reste le grand maître du jeu politique ivoirien…

Surtout que la rencontre se tient dans un contexte de crise larvée entre le Rdr et le Pdci-Rda. La signature du manifeste du parti unifié prévue le lundi 19 mars 2018 ayant avorté, faute d’accord sur un certain nombre d’exigences de Bédié. Il s’en est suivi entre les deux hommes (Bédié et Ouattara) de vifs échanges de courriers… A leur rencontre de mardi, ils devraient examiner les points cruciaux relatifs au document de réflexion (manifeste, sta tuts et règlement intérieur) portant sur les perspectives du Rhdp unifié. Ainsi que l’alternance en 2020 au profit du parti de Bédié. Mais, à l’arrivée, les partisans des deux camps ont eu le sentiment qu’on leur a servi du flop. Rien de concret n’ayant pas été annoncé. Il y a donc fort peu à attendre des conclusions de cette rencontre, à la lumière du communiqué final, dûment signé par les deux hommes.

Toujours dans l’impasse… Il est très peu sûr que le parti unifié voit le jour avant 2020, comme le souhaite le Rdr, vu que la rencontre s’est achevée sans résultat apparent dans ce sens. « Au terme de la rencontre, le président de la République et le Président du Pdci-Rda ont adopté le principe de l’accord politique pour la création d’un parti unifié dénommé «le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), conformément aux conclusions des travaux du comité de haut niveau mis en place le 31 octobre 2017 » dit, en substance, le communiqué. Aucune date de la mise en place de ce parti unifié n’a été annoncée. Le Rdr et le Pdci ne sont pas en guerre, mais il y a une profonde divergence sur l’approche voire le timing pour parvenir à ce fameux parti unifié. Entre les deux partis, le principe de la mise en place d’un Rhdp unifié était l’un des principaux points d’un accord conclu depuis plusieurs années.

En réalité, il ne s’agissait pas d’une banale visite de courtoisie de l’aîné à son cadet. Il s’agissait, pour Bédié et Alassane Ouattara, de s’asseoir, de se parler, de négocier, pour s’accorder, non pas sur le principe de la mise en place du parti unifié (le principe étant déjà acquis), mais plutôt sur une date ou, à tout le moins, sur une période pour la mise en place du Rhdp unifié. De tout cela, rien en définitive. Le point d’achoppement, entre le Rdr et le Pdci, sur la question du parti unifié tourne autour de 2020. Le Rdr, de façon indécrottable, veut un Rhdp unifié avant les échéances électorales présidentielles de 2020. Le Pdci, lui, reste mordant sur l’après 2020, pour la naissance de ce parti unifié. Au plus haut de la crise entre les deux partis, nourrie par des proclamations belliqueuses des différents cadres, le Rdr et le Pdci s’étaient trouvés sur le pied de guerre. Le parti de Bédié est d’accord pour le principe du parti unifié, à la seule condition qu’il se fasse après 2020, étant entendu que l’alternance aurait déjà été actée en sa faveur. Face à ces postures radicalement opposées des deux chapelles partisanes, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié étaient censés, au sortir de leur rencontre du mardi, concilier, une fois pour toute, les tendances opposées, en arrêtant, de façon claire, une décision qui ne souffre aucune ambiguïté. Mais, ils sont restés dans un clair-obscur. Toute chose qui pourrait servir les intérêts des radicaux des deux camps. A moins que Bédié et son « cadet » ne se soient mis d’accord, dans le secret des 4 murs du « petit palais » de la présidence, sur certains points, des Ivoiriens pensent que les deux hommes ne sont pas parvenus à un consensus. Au point de produire un communiqué aussi laconique qu’insipide, après presque 2 heures de tête-à-tête. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux hommes se sont séparés dos à dos.

Dans leurs positions respectives, rien ne semble avoir changé. Aucun des deux ne semble avoir rien cédé. Le mérite de cette rencontre, c’est qu’elle a eu lieu. Pourra-t-elle permettre aux deux hommes et à leurs camps respectifs de renouer un dialogue qui était distendu ? Rien n’est moins sûr. Mais, le bref communiqué de circonstance qui a sanctionné cette rencontre, qui fait l’impasse totale sur la période, l’année et la date d’unification des partis houphouétistes, laisse à penser que le malaise est loin d’avoir été dissipé.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment