06232017Headline:

Rencontre Ouattara-Macron : « Ce que j’attends plutôt d’Emmanuel Macron ». Ci-dessous l’analyse d’André Silver Konan.

Rencontre Ouattara-Macron : « Ce que j’attends plutôt d’Emmanuel Macron ». Ci-dessous l’analyse d’André Silver Konan. 

La Côte d’Ivoire et la France vont  « renforcer dans les prochaines semaines, de manière concrète, leurs partenariats militaire et dans le renseignement » pour « gagner la bataille contre le terrorisme ».

L’annonce a été faite par Emmanuel Macron, le dimanche 11 juin 2017, à l’issue d’une séance de travail qu’il a eue avec le Président Alassane Ouattara. Personnellement, je salue cette initiative, même si je pense que le président français n’a pas été bien brieffé par ses conseillers, sur la question de la coopération militaire.

Rencontre Ouattara-Macron

Les Ivoiriens, encore moins les Français, n’ont pas besoin, en ce moment de renforcement d’une quelconque coopération militaire, à travers un « partenariat militaire et dans le renseignement » pour « gagner la bataille contre le terrorisme ». Il existe déjà un mécanisme militaire entre les deux pays, qui règle ces questions-là.

C’est le nouvel accord de défense, signé officiellement le 26 janvier 2012, par Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy, en France, validé par l’Assemblée nationale française le 21 novembre 2012 et par le parlement ivoirien, le 11 juillet 2014.

« CE DONT NOUS AVONS BESOIN, C’EST UNE COOPÉRATION QUI NOUS PERMETTE DE DÉBUSQUER TOUTES LES CACHES D’ARMES… »

L’article 3 sur les « Principes de partenariat de défense » et l’article 4 relatif aux « Domaines et formes de la coopération en matière de défense » règlent, en effet les questions de renseignement et de bataille contre le terrorisme.

Lutte contre les caches d’armes

Emmanuel Macron n’a donc pas besoin d’annoncer un renforcement de la coopération militaire, d’autant qu’un « Comité de suivi » (article 6) dont le rôle est de « donner une cohérence aux activités prévues par le présent Traité », a été mis en place expressément, pour mettre en musique, les activités que suscitent les besoins.

Que les choses soient donc claires ! A l’heure actuelle, l’urgence pour les Ivoiriens, et sans doute pour les Français (la Côte d’Ivoire est le premier partenaire commercial de la France, au sein de la zone Franc CFA, et le troisième en Afrique subsaharienne, après l’Afrique du Sud et le Nigéria.

La France est le deuxième partenaire commercial de la Côte d’Ivoire après le Nigéria), c’est la menace des caches d’armes. La coopération militaire, inculant les renseignements, dont nous avons besoin à l’heure actuelle, et qui constitue pour nous une urgence absolue, parce que la menace est grave et réelle (en atteste la dernière mutinerie), est celle qui permettra aux forces régaliennes ivoiriennes de débusquer toutes les caches d’armes, dans le pays.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment