12062019Headline:

Réponse du Gouvernement au Président Bédié : Alain Lobognon réplique

Selon Alain Lobognon, ‘ancien ministre ivoiren des Sports, les chiffres annoncés sur le taux de mortalité maternelle en Côte d’Ivoire sont faux.
Non RHDP, le taux de mortalité maternelle en Côte d’Ivoire est l’un des plus élevés dans le Monde.

Dans un communiqué du Gouvernement ivoirien signé par son porte-parole, en guise de réponse au Président Henri Konan Bédié pour avoir, dit-on, « porté des jugements de valeur sur la gouvernance, la gestion, l’impact social de l’action gouvernementale et la paix en Côte d’Ivoire », on lit que « le taux de mortalité maternelle est passé de 614 pour 100 000 habitants en 2011 à 143 pour 100 000, en 2018 ».

En ma qualité d’ancien Ministre et de Député ivoirien, Vice-président du MVCI, membre de la Commission d’Orientation et de Coordination de GPS, je fais remarquer que ces chiffres sont faux. Je fais également remarquer que ces chiffres sont en contradiction avec ceux communiqués par le même Gouvernement ivoirien en avril 2019.

Le 3 avril 2019, le gouvernement ivoirien avait adopté len Conseil des ministres à Abidjan, un dossier d’investissement de 1,6 milliard de Fcfa sur la période de 2020 à 2024, afin de réduire le ratio de mortalité maternelle et le taux de mortalité infanto-juvénile.

On lisait dans son communiqué de fin de réunion que « ces investissements permettront de réduire le ratio de mortalité maternelle de 614 à 417 pour 100 000 naissances vivantes et le taux de mortalité infanto-juvénile de 91 à 59 pour 1 000 à l’horizon 2024. »

C’est le lieu d’indiquer que selon la Banque mondiale, « quelque vingt femmes meurent en couches chaque jour en Côte d’Ivoire ». C’est le Dr Emre Ozaltin, un économiste de la Banque mondiale qui s’exprimait lors de la cérémonie de clôture du premier dialogue national sur le financement de la santé qui a été présidée, en avril 2019, par le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan.

Selon la Banque mondiale, « le niveau des indicateurs de santé de la Côte d’Ivoire ne reflète pas le niveau économique du pays. Le niveau de ces indicateurs reste préoccupant avec une espérance de vie à la naissance qui ne dépasse pas 54 ans, une mortalité maternelle qui est parmi les plus élevées en Afrique et dans le monde. »

Parce que la Côte d’Ivoire doit rentrer dans une ère de bonne gouvernance, rejoignez-nous à Générations et Peuples Solidaires.

Avec yeclo

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment