05262018Headline:

Sachet plastique: Voici comment le ministre Allah Kouadio a trompé le gouvernement et les industriels

allah kouadio  r

La passe d’armes continue entre le gouvernement et les industriels et autres acteurs du secteur de la filière plastique. En cause, le décret portant interdiction de la fabrication,de l’importation et la commercialisation des sachets plastiques qui sème la confusion dans les esprits des uns et des autres.
En effet, alors que le gouvernement, pour justifier sa décision, met en avant le souci de protéger et les populations et l’environnement, les professionnels de la filière, eux, fustigent plutôt la « mauvaise foi manifeste » des dirigeants qui selon les accusateurs, ont caché leurs réelles intentions jusqu’au bout. En effet, de bonnes sources, on indique que le ministre Allah Kouadio, pour avoir la caution du conseil des ministres, a expliqué que malgré les six mois de délai à eux accordés par le gouvernement,les industriels ne sont pas prêts à sortir des sachets biodégradables demandés.
Dans le même temps, il recommande aux industriels de la filière, s’ils veulent rester en vie dans le milieu, de s’orienter vers le biodégradable.Ces derniers n’y voient aucun inconvénient surtout que selon eux, il suffit d’ajouter certaines matières au plastique actuel, pour obtenir des sachets plastiques biodégradables,et que d’ailleurs, ils attendaient une prochaine rencontre avec le premier ministre pour lui faire cette proposition.Quelle ne fut donc leur surprise de voir le gouvernement se raidir depuis quelques jours, sur le décret en indiquant qu’il veut dorénavant, du biodégradable mais nullement en plastique. Un langage nouveau, une prise de position inattendue qui condamne ainsi, à la mort,toute la filière plastique avec ses milliers d’emplois ainsi menacés de suppression.
Une mesure qui touche jusqu’aux petits commerçants des marchés qui ne savent plus comment exercer leurs activités en lien avec les sachets plastiques. Surtout que les emballages en carton, conseillés aujourd’hui,par le gouvernement ne peuvent faire l’affaire des petits
vendeurs d’eau ou encore de jus de fruits de petite quantité,qui sont les plus nombreux de la chaine. Encore une décision du régime Ouattara prise dans la précipitation, vu ses grosses répercussions sociales. D’ailleurs sur la question, les mauvaises langues accusent le ministre Allah Kouadio Rémi de jouer dans le camp de certains opérateurs de la filière bois qui produisent justement les emballages
en carton, aujourd’hui recommandés par les décideurs.

AUJOURD’HUI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment