05262022Headline:

Scandale FIF /Enquête d’intégrité: Mariam Dao Gabala met définitivement fin au débat

C’est ce mercredi que le Comité de normalisation de la Fif va céder les rênes de la Fédération ivoirienne de football au nouveau président, Idriss Diallo. Avant son départ, Mariam Dao Gabala était face à la presse, hier, au siège de la Fif, pour faire son bilan. Elle a, à cette occasion, levé tous les doutes qu’avaient encore certains sportifs quant à l’issue de l’élection du 23 avril dernier. « Il n’y a plus de réserve sur l’élection d’Idriss Diallo qui est définitive », a-t-elle déclaré.

Sur l’enquête d’intégrité, la présidente du Conor a fait d’importantes précisions. Après être revenue sur les évènements survenus la veille de l’élection du 23 avril, elle a révélé que les seuls résultats encore attendus relativement à l’enquête d’intégrité concernent les membres du comité exécutif du nouveau président et ceux des candidats à la gouvernance. En cas de résultat négatif d’un membre, il devra être remplacé lors de la prochaine assemblée générale.

Outre les élections à la Fif, il a été question, au cours de cette conférence, du renouvellement des textes de la Fif, mais également des compétitions et des campagnes avec les sélections nationales.

« Nous avons lancé le championnat qui s’est arrêté en raison de la Covid et de la normalisation. Le championnat a bien fonctionné, même si c’était difficile. Nous avons lancé presque tous les championnats, y compris le football féminin, durant la 1re année. La seconde année, nous étions préoccupés par les élections, mais nous avons lancé la Ligue 1 et la Ligue 2. La D3 va bientôt commencer », a dit Me Abé Simon.

Au sujet des équipes nationales, le Conor juge les résultats mitigés. Répondant à la récente sortie de Patrice Beaumelle, Dao Gabala estime que l’ancien entraîneur des Eléphants doit assumer ses choix. « Nous ne sommes jamais intervenus dans le choix des joueurs, nous ne l’avons jamais influencé. Tout ce dont il avait besoin matériellement lui a été donné. On faisait avec lui le débriefing des matches. Nous lui avons certes fait des remarques, mais c’était lui le sélectionneur », a-t-elle dit.

Le Conor considère également comme point fort de son passage à la tête de la Fif, la révision des textes de l’institution. « Les nouveaux textes nous ont apporté l’ouverture démocratique, par exemple les commissions indépendantes. La révision du parrainage a permis à tout le monde de candidater. En outre, les textes favorisent désormais la transparence. Ils mettent les joueurs au centre, avec des rémunérations décentes », a fait savoir la présidente du Conor.

Pour l’avenir du football ivoirien, Dao Gabala estime que le renouveau est possible si tous les acteurs acceptent de s’y mettre. « Le temps n’est plus aux guéguerres mais à la construction du football. Ce renouveau ne peut se faire avec un seul camp. Il faut regarder l’intérêt du football. Il faut que la Fif soit un modèle de management, de gestion des équipes… qu’elle soit transparente », a-t-elle ajouté.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles