05302024Headline:

Séisme en Turquie: à Adiyaman, ville dévastée, «on a laissé des gens mourir sous nos yeux»

Tout le pays est mobilisé pour porter secours aux milliers de victimes du tremblement de terre de Kahramanmaras, de magnitude 7,8, survenu lundi matin 6 février. Certaines villes, comme Adiyaman, restent en périphérie des opérations de sauvetage.

Toutes les villes sont en deuil en Turquie, depuis le séisme de lundi, mais c’est surtout la colère qui domine dans la ville d’Adiyaman. Située à une petite centaine de kilomètres de l’épicentre dans le sud-est de la Turquie, la ville a été littéralement dévastée.

Des milliers d’immeubles se sont effondrés, 60% des bâtiments selon le parti du HDP, mais l’aide extérieure est arrivée tard.

« La coordination est catastrophique »
Face aux décombres, Abdullahi, bénévole de l’équipe de secours, se désole du manque de coordination. « La coordination est catastrophique, déplore-t-il. Oui, les fouilles ont commencé, mais la femme dont on entendait la voix, on ne l’a plus entendue depuis…. Elle et les autres sont sans doute mortes. Aujourd’hui, c’est uniquement de l’autre côté que l’on a repéré la voix de trois personnes. Ici, à Adiyaman, on a laissé des gens mourir sous nos yeux. »

Le premier bilan de 896 victimes est sans commune mesure avec l’ampleur des destructions. Une visite du président Recep Tayyip Erdogan est prévue à Adiyaman, mais la population enrage et l’opération de communication risque d’alimenter un peu plus la colère.

 

What Next?

Recent Articles