06212024Headline:

Sénégal : Ousmane Sonko règle ses comptes avec Emmanuel Macron

A Dakar, Ousmane Sonko a profité de sa conférence conjointe animée avec Jean-Luc Mélenchon pour régler ses comptes avec la présidence française. Le président du PASTEF a dénoncé l’attitude de l’Élysée lors de la crise politique qui a fait des milliers de victimes sous le régime de Macky Sall. Il a relevé un « mutisme face une sanglante persécution ». Sonko a précisé qu’il fait cette intervention en qualité de président du PASTEF et non de Premier ministre.
Désormais Premier ministre du Sénégal, Ousmane Sonko a trouvé le créneau pour dire ses vérités à Emmanuel Macron. À l’analyse de ses dires, il aurait bien voulu avoir une réaction de la présidence française durant son bras de fer mené avec Macky Sall. Un conflit politique qui a fait de nombreuses victimes (des morts, des blessés et des détenus politiques). Il a critiqué le silence et le manque de soutien de l’Europe, en particulier de la France.

Durant toute la période de persécution extrêmement violente contre tout un mouvement politique au Sénégal, ayant entraîné et causé la mort de plus d’une soixantaine de personnes, des milliers de blessés, plus de 1 000 détenus politiques, vous n’avez jamais entendu le gouvernement français dénoncer ce qui se passait au Sénégal. Pire encore, le président Macron accueillait le président Macky Sall pour le féliciter d’avoir fait ce qu’il fallait pour sauver son pays. C’est une incitation à la répression et à la persécution de sénégalais qui n’avaient de crime que d’avoir un projet politique.

Ousmane Sonko
Pour le président des Patriotes, ce silence affiché par la France était une sorte d’approbation et de soutien aux persécuteurs qui ont fini par briser ses ambitions présidentielles. Ce bras de fer sanglant entre le pouvoir de Macky Sall et le camp d’Ousmane a duré au moins quatre ans. Quatre années d’intenses hostilités meublées d’intrigues politiques à charge contre le président du PASTEF.

What Next?

Related Articles