11162018Headline:

Situation politique: Guillaume Soro doit clairement se déterminer entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

Les Ivoiriens ne savent plus dans quel camp classer Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, l’ancien premier ministre de Laurent Gbagbo et d’Alassane Ouattara reste, à la fois, une équation qui n’admet aucune solution réelle et une énigme politique que chacun interprète au gré de ses intérêts. De sorte qu’il serait difficile, pour les uns et les autres, de mettre la main au feu, pour dire si le président de l’Assemblée nationale est pour ou contre le Rhdp, tant son jeu de cache-cache déconcerte.

Deux faits ont éveillé le sentiment de suspicion chez les observateurs. Alors qu’il assume pleinement les fonctions de Vice-président du Rassemblement des républicains ( Rdr) chargé de la région du Tchologo, Guillaume Soro, dans le cadre des élections municipales à Abobo, a ouvertement sponsorisé la candidature de Théfour Koné, candidat indépendant, contre le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, qui conduisait la liste du Rassemblement des houphouetisutes pour la démocratie et la paix ( Rhdp) dont Alassane Ouattara est le président. C’est vrai que Guillaume Soro ne s’est pas rendu, en personne, sur le terrain. Mais, il a utilisé les réseaux sociaux pour battre campagne en faveur de son poulain. « A Abobo, on n’achète pas notre dignité! Nous ne sommes pas riches; mais nous sommes fiers et nous sommes heureux. Abobo! On Tchoun pas Abobo », a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel. Ses principaux lieutenants, notamment Alain Lobognon, Soro Kanigui Mamadou, Félicien Sékongon, ont assuré le service.

L’ancien ministre et Maire de Fresco, Alain-Michel Agnima Lobognon a galvanisé les populations d’Abobo, lors d’un meeting, à soutenir à Koné Théfour : « Abobolais, on va vous donner de l’argent, prenez-le, bouffez-le, et votez Koné Tehfour. ». Ce qui avait poussé Sidiki Konaté, dissident du camp Soro, à réclamer des sanctions disciplinaires contre Guillaume Soro. Il avait, notamment indiqué que « Soro, vice-président du Rassemblement des républicains (Rdr) chargé de la région du Tchologo, devra passer devant la direction du parti, pour s’expliquer sur cette affaire de parrainage de candidats indépendants qui affrontent ceux du parti présidentiel ». Ces élections ont tourné en mirage pour Guillaume Soro et son candidat Koné Théfour qui a été battu, à plate couture, suivant les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale indépendante ( Cei). Pis, un superviseur de celui-ci a été poignardé à mort, par des personnes non identifiées… « Désormais, je sais ce que j’ai à faire » s’était fendu Guillaume Soro, au lendemain de ces évènements.

Le rapport de force est loin d’être en faveur de Guillaume Soro,dont tous les partisans et candidats qui se réclament de lui, ont été laminés lors de ces consultations. Un autre fait qui met en lumière la position flottante, voire brouillardeuse de l’ancien chef rebelle, est son rapprochement de Henri Konan Bédié, qu’il refuse encore, officiellement, d’assumer. Les signaux, les faits et les actes qui illustrent ce rapprochement sont palpables. Mais, le président de l’Assemblée nationale, convaincu aujourd’hui de son isolement au Rhdp, n’ose toujours pas franchir le rubicond de la rupture avec le Rhdp. Néanmoins, la présence de Mme Affoussiata Bamba Lamine, ancienne ministre de la Communication, représentante de Guillaume Soro à Daoukro, le 15 octobre 2018, au côté de Bédié, lors du Congrès extraordinaire du Pdci-Rda, attise beaucoup la curiosité des Ivoiriens sur les vraies intentions du chef du Parlement. On ne sait pas ce qu’il mijote avec ses partisans. Vont-ils oser engager l’épreuve de force ultime pour faire chuter le régime Rhdp ou pour faire imploser le parti ? Ou alors, vont-ils rejoindre « la plate-forme des forces vives du pays » que Bédié envisage de mettre en place avec l’opposition ? Ces va-et-vient de Guillaume Soro entre le Rdr dont il est le vice-président, le Rhdp où il n’assume pour l’heure aucune fonction, et le Pdci à qui il fait des « jeux de phare », soulignent une évidence. Le projet exact de Guillaume Soro se fait toujours attendre. Il va falloir que l’ancien chef de la rébellion quitte « la zone tampon » entre le Rhdp et le Pdci, pour se déterminer clairement. Va-t-il abandonner le Rhdp pour faire équipe avec un candidat du Pdci en 2020 ? Tout porte à le croire aujourd’hui. Mais, il est toujours dans un clair-obscur…

Pour de nombreux Ivoiriens, Guillaume Soro doit arrêter de naviguer entre plusieurs eaux. Il doit présenter des idées précises et cohérentes. Le président de l’Assemblée nationale doit, dès lors, arrêter de lancer des ballons d’essai, pour s’engager, véritablement, dans une direction, avec une posture non équivoque.

abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment