11192017Headline:

Situation préoccupante à l’ambassade Côte d’Ivoire aux États-Unis

ambassade de CIV au USA

Monsieur Le Rédacteur en chef

Je vous adresse la présente pour vous faire part de la situation qui prévaut à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Washington (USA).
Suite à la décision du gouvernement de réduire le personnel des ambassades ; nous assistons à un véritable règlement de compte de la part de Monsieur l’Ambassadeur Daouda Diabaté et du payeur Mr KOFFI.
En effet l’arrêté ministériel visait à un réajustement des organigrammes ; mais à notre stupéfaction l’ambassadeur s’adonne à des licenciements sans prendre en compte les postes. Après analyse de la situation nous nous rendons compte que c’est juste des personnes qu’il viserait. Ci-dessous des faits pour étayer nos propos :

– Mme Thérèse N’GUESSAN anciennement Secrétaire des conseillers, a été licenciée suite au faite qu’elle aurait décliné l’offre de devenir sa Secrétaire. En effet elle a eu à gérer son secrétariat à un moment donné et elle y restait jusqu’à deux (2) heures du matin. Ainsi suite au désagrément que cela a suscité au niveau familial, la dame a donc décliné l’offre de devenir sa Secrétaire particulière. Le statut des employés ne prévoit pas d’heure supplémentaire mais l’Ambassadeur exige d’elle qu’elle reste au Secrétariat jusqu’à ce qu’il s’en aille, et cela même si l’horaire réglementaire de travail est à terme.

– Mr Modeste AKE anciennement chauffeur a été licencié juste pour ses accointances avec l’ex Premier conseiller de l’ancien ambassadeur Alcide DJEDJE et de son supposé appartenance au FPI. Soit dit en passant, l’ambassade, aujourd’hui souffre d’un manque criard de chauffeur.

– Mlle Huguette KAKOU anciennement standardiste a été licencié. Mr Diabaté lui reproche ses affinités avec la fille (Mme Singleton) de l’ex couple présidentiel et d’être la nièce de Mr Charles Konan BANNY (challenger de Mr Henri Konan BEDIE), prétextes qui ont valu à son licenciement ou à la suppression de ce poste. Le poste de standardiste étant la vitrine de l’Ambassade qui sert à orienté tous les appels a été supprimé au grand étonnement de tous. Cela nous amène à réfléchir quant aux vraies intentions de Mr L’Ambassadeur.

– Mr Joseph DINGUI anciennement huissier a été licencié. Il est reproché à ce Monsieur d’être parenté à l’ancien Ambassadeur Mr Charles KOFFI, et serait de ceux qui ont contribué à son affectation (celui de Mr Daouda Diabaté) au Brésil. Monsieur DINGUI est à peu près à trois (3) ans de la retraite. Au moment où nous écrivons ces lignes, l’Ambassadeur vient d’affecter quelqu’un à ce poste (Junior BOTTI un protégé du payeur) le 05 Décembre 2014, et cela à la grande stupéfaction de tous ; Ainsi le poste supprimé demeure. S’agirait-il d’un règlement de compte ou de l’application d’un arrêté ministériel ? les faits en donnent la réponse.

– Mr Moïse Kacou anciennement membre du service consulaire a été licencié le 02 Décembre 2014. Ce dernier avait formulé la demande d’affectation au service consulaire à Mr Diabaté Daouda lors de sa première mission à Washington, cette demande a été refusée. Puis quand l’Ambassadeur Charles KOFFI est arrivé, Mr Kacou a réitéré sa demande, qui cette fois a été acceptée. Ainsi lorsque Mr Daouda Diabaté revient à Washington, il conçoit mal le fait que Mr Kacou travaille au service consulaire et cherche à le faire partir de là. Avec les interventions des un et des autres il renonce à son dessein quelque temps après.
Au nombre de trois dans le service, Mr Kacou, Le neveu de l’Ambassadeur Amidou TOURE et Mme Doumbia en âge de la retraite. Aujourd’hui ils ne sont plus que deux, Mme Doumbia en âge de la retraite reste toujours en poste et Mr Kacou en âge légal de travail est licenciée. Il est évident que nous avons à faire à un règlement de compte. Il serait aussi très important de souligner que, pendant que l’État avance des raisons économiques pour la réduction des effectifs, Monsieur Daouda Diabaté trouve le moyen d’allouer des membres du personnel et les fonds de l’Ambassade à l’entretien des siens.
Les cas suivants nous en dit plus :

– Mlle Diby Adjoua (employé à la résidence de l’Ambassadeur), que l’Ambassadeur a envoyée au Canada pour travailler pour le compte sa fille (la fille Diabaté qui a un nouveau né). Mlle Diby est payée au compte de l’ambassade de Côte d’Ivoire. Et pour assurer le service ici Mr Diabaté à faire embaucher une autre (Mlle Pascual Erlinda Argao une Philipienne) ici à Washington. Alors que nous parlons de diminuer le personnel pour raison économique ; l’Ambassadeur utilise une part considérable du budget pour l’entretien des siens.

– Mlle Fanta KONE gouvernante à la résidente de l’Ambassadeur se voit licencié avec les droits payés puis est réembauchée au même poste. Après analyse nous comprenons que ce n’était juste qu’un subterfuge pour se faire de l’argent.

Cet Ambassadeur, a toujours confisqué l’argent que les autorités gouvernementales de passage à Washington donnaient à la diaspora ou au personnel de l’ambassade. Et œuvrant sans cesse à la division de la diaspora tout créant des clans et les confrontant.

Ci-joint la liste des licenciés et de ceux ayant été rappelés.

1- Mme De SOUZA (retraitée)
2- Mlle POTIER (retraitée)
3- Mr ZOUAZOUBI (retraité)
4- Mr SEYO (fin de mission diplomatique)
5- Mlle ETTIEN BLA (fin de mission diplomatique)
6- Mme Senetou (licenciée puis réembauchée)
7- Mr Daya Outtara (licencié puis réembauché)
8- Mr José (licencié puis réembauché)
9- Mme Thérèse N’GUESSAN (licenciée)
10- Mr Modeste AKE (licencié)
11- Mr Moïse Kacou (licencié)
12- Mr Joseph DINGUI (licencié)
13- Mlle Huguette KAKOU (licenciée)
14- Mr Gatien (licencié, décédé quelque jour après le paiement de ses indemnités de licenciement)

La liste communiquée par l’ambassadeur est de 16 personnes. Les deux personnes manquantes sont des diplomates encore en mission et leur sort sera connu en fin de mission. Aussi il est important de noter que Mr Diabaté a toujours eu pour alibi le recours à des décisions gouvernementales pour régler ses comptes. Le cas de Mr Pouamon Lucien nous l’a démontré, ce Mr avait été licencié sous prétexte que cette décision venait d’Abidjan ; par la suite Abidjan à décliner toute responsabilité quant à cette décision. Aujourd’hui encore nous avons la preuve, car les prétendus postes supprimés demeurent toujours dans le nouvel organigramme de l’ambassade.

Un fonctionnaire de l’ambassade
de Côte d’Ivoire aux États-Unis

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment