08212018Headline:

Situation socio-politique, Pr. Francis Wodié : « Je suis préoccupé par l’état du pays »

Le Professeur Francis Wodié, à l’issue du panel organisé par l’Institut d’études politiques Félix Houphouet-Boigny, à la fois sur l’approche des États africains vis-à-vis des problèmes continentaux, mais aussi, sur la situation socio-politique ivoirienne, le mercredi dernier, a exprimé des préoccupations.

Vous avez dit, pendant le panel, que les Africains regardaient un peu trop à l’extérieur pour trouver des solutions à leurs problèmes. Peut-on, sur cette base, vous considérer comme un panafricaniste ?

Oui, on peut le dire. Panafricaniste au sens où l’Afrique constitue un continent qui a, bien sûr, sa géographie, avec les problèmes économiques, sociaux, mais son histoire également. Et bien des problèmes ne peuvent être réglés actuellement au niveau de chaque État, qui sont d’ailleurs, pour la plupart, des micro États, en dehors de quelques-uns. C’est donc dans le cadre des ensembles constitués par les États africains qu’ils pourront régler leurs problèmes, à la fois du point de vue technique, par la formation, du point financier également, parce que le financement de certaines activités peut être très lourd. S’ils sont associés, les États dégageront les moyens leur permettant de régler ces difficultés, de sorte que ces raisons historique, économique et financière poussent nécessairement dans le sens d’un certain panafricanisme.

Il y a un mois et demi, au sortir d’une rencontre avec le président Henri Konan Bédié, vous avez dit votre préoccupation relativement à la situation socio-politique. Est-ce que vous continuez d’être préoccupé par l’état du pays ?

Oui, bien sûr. Je suis préoccupé par l’état du pays. Je m’interroge : où allons-nous et comment devons-nous nous conduire, les uns et les autres ? Comment les hommes politiques peuvent conduire l’État de Côte d’Ivoire pour prévenir les difficultés, pour écarter les risques de tension et de conflit. Il appartient, en tout premier lieu, aux hommes politiques, aux dirigeants, de créer les conditions de cette entente nationale, de réconciliation vraie permettant à chaque Ivoirien, selon ses compétences, selon ses moyens, d’apporter à la reconstruction de ce pays.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment