05302017Headline:

Soro Guillaume aux pileurs de Bouaké: “Il est incensé d’exprimer ses revendication par la violence”

soro guillaume

Le titre ci­dessus est de SORO Kigbafory Guillaume, s’adressant aux pilleurs de Bouake lors des

manifestations éclatées du 22 Juillet à travers le pays contre la CIE, poursuit pour dire:

« AUSSI FONDEES ET LEGITIMES QUE FUSSENT CES REVENDICATIONS, RIEN NE SAURAIT EN

REVANCHE EXPLIQUER NI JUSTIFIER LA VIOLENCE UTILISEE POUR LES EXPRIMER… » Et Hamed

Bakayoko d’ajouter : « ON NE BATI PAS DANS LA VIOLENCE… »

Really! Comme on le dit en Anglais

Comment peut­on avoir usé de la violence, en son temps pour soi­disant restaurer la dignité de ses

parents Nordistes, installer l’égalité dans le pays et dans le même lapse de temps, condamner

d’autres personnes qui utilisent la même voie pour exprimer leur désarroi ? Mr. Soro, si rien

n’explique ou justifie qu’un peuple mécontent exprime ses revendications par la violence, alors,

pourquoi as­tu détruit autant de vies humaines et vandalisé les Institutions de la Nation, en

exprimant tes revendications en 2002 par la violence ? Depuis ta rébellion sanglante, tu ne fais que

divaguer, évoquant diverses raisons chaque jour pour justifier tes actes dont aucun ne tient la route.

Au contraire, ces raisons vont de la plus ridicule et mensongère à la plus insensée. La toute

dernière était que : « …j’ai pris les armes parce qu’on m’a contrôlé sur le pont Felix Houphouët-
Boigny… »

Aujourd’hui encore tu es assis sur des tonnes d’armes. Quels en sont les objectifs ? N’es­tu pas en

train de préparer une autre violence te permettant d’atteindre tes ambitions démesurées ? Quant à

Hamed Bakayoko qui affirme que : « on ne bâti pas dans la violence… » s’est­il finalement rendu

compte que le désordre et la violence qui ont été installés et institutionnalisés dans le pays ne

cadrent pas avec les promesses de l’émergence annoncée en grande pompe ? N’est­ce pas dans la

violence et l’insécurité que le régime Ouattara a construit à la hâte des ponts pour impressionner

ses maîtres ? Les rebelles se souviennent­ils enfin des paroles de feu le Président Houphouët-
Boigny qui disait : « la paix est le seul socle sur lequel ont bâti… et qu’elle n’est pas un vain mot

mais un comportement ? » Se souviennent­ils aussi des paroles du Président Laurent Gbagbo qui

disait : « quand un homme marche, il laisse des traces !»

Soro s’est donc fait un nom en s’illustrant dans les manipulations et les mensonges. Il traine

aujourd’hui derrière lui, des marques indélébiles. Dans chaque région, chaque ville, chaque village

et chaque hameau de la Côte d’Ivoire, Soro a créé la désolation. Ses mains dégoulinent du sang

d’innocents citoyens du pays et son nom restera à jamais gravé, de façon négative, dans la

mémoire des Ivoiriens. Soro s’est fait une place au soleil grâce à la violence, lançant ainsi un

mauvais et dangereux message à la jeunesse Ivoirienne et Africaine. Pour Soro, il n’est pas

important de faire de longues études car il suffit simplement de prendre les armes et l’on peut non

seulement exiger que l’on vous octroie des diplômes gracieusement. De surcroît, ils peuvent

dévaliser des Banques pour s’enrichir rapidement et ensuite exiger qu’on les nomme à des postes

de leurs choix sans la moindre qualification. Ainsi donc, les armes ont pu faire d’eux des rois au-
dessus de tout le monde.

Pour beaucoup, Soro est donc un modèle de libération et d’émancipation du Nord de la Côte

d’Ivoire. Ils sont nombreux qui se disent Agrégés ou Docteurs et qui sont devenus ses conseillers

ou qui ont créé des clubs de soutien à sa cause. Par contre, pour d’autres, Soro n’est pas un modèle

mais simplement un sinistre personnage qui paiera pour ses crimes quel que soit le temps. La

violence postélectorale orchestrée par Dramane Ouattara, Soro, la France et l’ONU, reste la plus

meurtrière et diabolique qu’un pays hospitalier comme la Côte d’Ivoire n’ait jamais connue, sans

une déclaration formelle de guerre.

Pour une simple question électorale, les Ivoiriens ont été massacrés et ont vécu le génocide dans

leur pays, pendant qu’on disait que l’option militaire était destinée à venir prendre le Président

Gbagbo et qu’aucun Ivoirien ne serait tué. En outre, les bombardements Franco­Onusiens qui ont

engendrés la mort de plus de 2300 civils, ne rentrent­ils pas dans le cadre de l’expression du

mécontentement des occidentaux vis­à­vis du Président Gbagbo qu’ils perçoivent comme un

obstacle à leurs intérêts ?

Soro Guillaume et Hamed Bakayoko ! Les Ivoiriens savent que vous avez peur pour votre avenir

car la violence que vous avez installée dans le pays se dressera contre vous demain. N’oubliez pas

que : « qui règne par l’épée, péri par l’épée…et toute rébellion finit par manger ses propres

enfants… » Ce qui veut dire que tôt ou tard, vous périrez de la même manière dont vous êtes

arrivés au pouvoir.

Les occidentaux qui vous ont faits et qui vous ont utilisés, n’ont pas d’amis mais des intérêts.

Aujourd’hui ils vous soutiennent mais demain, ils vous lâcheront et feront de vous un spectacle

public…c’est une question de temps.

Que Dieu, Créateur de toute chose, se souvienne de l’hospitalité des Ivoiriens afin de les ramener

libres de cette captivité meurtrière.

Daman Laurent Adjehi

Ecrivain/Auteur

Edit en Chef­ivoirenewsinfo.net­USA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment