01172022Headline:

Soudan: un mort pendant la nouvelle manifestation des pro démocratie

Dans la capitale soudanaise, Khartoum, se déroule une nouvelle journée de manifestation des pro démocratie, trois semaines après le putsch militaire sous la houlette du général Abdel Fattah al-Burhan. Un putsch qui a mis un coup d’arrêt brutal à la transition démocratique et écarté du pouvoir un certain nombre d’acteurs civils. Certains d’entre eux ont d’ailleurs été emprisonnés. Comme lors des rassemblements qui se succèdent dans le pays depuis le 25 octobre, les manifestants font face à un important dispositif sécuritaire. Un manifestant a été tué ainsi tué à Khartoum par des tirs des forces de sécurité.

Un manifestant a été tué samedi à Khartoum par des tirs des forces de sécurité pendant la journée de mobilisation au Soudan contre le coup d’État mené par le général Abdel Fattah al-Burhane, a indiqué un syndicat de médecins pro-démocratie. « Il y a de nombreux blessés par balles dans différents quartiers de Khartoum », ajoute le syndicat qui indique que l’accès aux hôpitaux est « très difficile » dans la capitale quadrillée depuis tôt le matin par des forces de sécurité décidées à empêcher les rassemblements hostiles à l’armée.

Nouvelle mobilisation, quel impact ?
Des tirs de gaz lacrymogènes ont été signalés à Omdourman, à l’ouest de Khartoum, cependant dans le quartier de Bari, réputé contestataire, tout était calme pour le moment, rapporte notre envoyée spéciale à Khartoum, Florence Morice. Plusieurs petits rassemblements se sont formés. Des dizaines de Soudanais portant parfois des drapeaux de leurs pays, qui scandent leur refus de laisser le Soudan aux mains des militaires. Ils sont actuellement en train d’être rejoints par un autre cortège.

Quelle sera l’ampleur de la mobilisation ? C’est la question à cette heure. Il faut rappeler que des dizaines d’arrestations ont encore eu lieu cette semaine parmi les leaders de comités de résistance qui organisent la contestation. Par ailleurs, on observe une très forte présence militaire, notamment autour du quartier général de l’armée, où les manifestants ont prévu de converger avec par endroits des barrières de barbelés, inhabituelles à Khartoum et qui ont fait leur apparition depuis le coup d’État du 25 octobre dernier.

Melv Le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles