12142019Headline:

Surprise ! : d’éminentes personnalités du RHDP refusent de déclarer leur patrimoine à la HABG

Voici les intouchables de la République qui refusent de déclarer leur patrimoine à la HABG.
La Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG) a publié dans le journal officiel de la République de Côte d’Ivoire le jeudi 3 octobre 2019, la liste nominative des agents publics qui ont déclaré leur patrimoine pendant les années 2017-2018. Surprise ! D’éminentes personnalités du RHDP n’y figurent pas. HABG déclaration patrimoine et mépris souverain des textes.

«La déclaration de patrimoine est obligatoire pour tout assujetti. Tout manquement est passible de sanctions prévues par l’article 54 de l’ordonnance n° 2013-660 du 20 Septembre 2013 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, telle que modifiée, complétée par l’ordonnance n° 2013-805 du 22 novembre 2013 et ratifiée par la loi n° 2013-875 du 23 décembre 2013. Ces manquements portent sur le refus de déclaration et la fausse déclaration», indique le texte de la HABG sur la déclaration du patrimoine.

Malgré cette ordonnance de la HABG, des agents de l’Administration publique sont réfractaires à la déclaration de leur patrimoine. Ainsi donc, sauf mauvaise lecture de notre part, Hamed Bakayoko, ministre d’État, ministre de la Défense, Birahima Tené Ouattara, ministre des Affaires présidentielles, Masseré Touré Koné, directrice de la Communication de la présidence de la République, ayant rang de ministre, Bruno Nabagné Koné, ministre de la Construction et de l’urbanisme, Kandia Camara, ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, ne figurent pas sur la liste.

De même qu’Anne Ouloto, ministre de l’Assainissement et de la salubrité, Maurice Bandama, ministre de la Culture et de la francophonie, Thomas Camara, directeur général de la Société ivoirienne de Raffinage (SIR) et Hien Sié, directeur général du Port autonome d’Abidjan (PAA) et Nialé Kaba, ministre du Plan et du développement, le ministre-maire Cissé Bacongo.

HABG déclaration patrimoine et mauvais exemple
Surprise. Même des présidents d’institution (qui étaient alors ministre) n’ont pas jugé utile de le faire. Adama Toungara, le médiateur de la République et Amadou Soumahoro, actuel président de l’Assemblée nationale et ministre auprès du président de la République chargé des affaires politiques en 2018, sont au rang de ceux-ci. Ils comptent parmi agents de l’Administration publique qui n’ont pas leurs noms sur la liste nominative pendant la période 2017-2018 de la HABG. Ces autorités réfractaires à la déclaration de patrimoine sont pour la plupart dans l’administration publique ivoirienne depuis l’arrivée au pouvoir d’État d’Alassane Ouattara.

Des réfractaires »intouchables » Le constat est clair, les agents publics réfractaires sont très proches d’Alassane Ouattara, président de la République et président du RHDP. Ce sont notamment Hamed Bakayoko, le fils adoptif, Brahima Tené Ouattara, le frère cadet, Masseré Touré Koné, la nièce et Bruno Nabagné Koné le beau fils. Toutefois, l’article 54 de l’alinéa premier du texte de la HABG sur la déclaration du patrimoine prévoit des sanctions: « Est puni, d’une amende égale à six mois de rémunération perçue ou à percevoir soit dans l’emploi ou la fonction occupé(e) ou à occuper, soit dans le mandat exercé ou à exercer, tout agent public qui refuse de déclarer son patrimoine, ou fait une fausse déclaration de patrimoine ».

Campagne du candidat du RHDP, Alassane Ouattara, en novembre 2010 : Ne donne pas ta voix à la corruptionHABG déclaration patrimoine
Campagne du candidat du RHDP, Alassane Ouattara, en novembre 2010 : Ne donne pas ta voix à la corruption
Dans tous les cas, cette situation démontre que la panacée de Paul Kagamé, le président du Rwanda pour éradiquer la corruption lors de sa visite de travail en Côte d’Ivoire en décembre 2018 ne peut pas se réaliser en Côte d’Ivoire. En effet, il a suggéré que pour une lutte efficace contre la corruption en Afrique, les présidents devraient déclarer publiquement leur patrimoine chaque année.

Lien étroit avec la corruption
«Le refus d’accepter cette situation d’insatisfaction et trouver l’énergie d’en sortir est la vraie solution. Chaque année, je déclare mes biens. Moi, mes biens sont connus publiquement. Il n’y a aucune manière de lutter contre la corruption que ça. Il était hors de question que la corruption s’installe comme un mode de vie chez nous. (…) lutter contre la corruption est dangereux, mais ne pas lutter contre elle, est plus dangereux ».

« Dans tous les cas, cette situation démontre que la panacée de Paul Kagamé, le président du Rwanda pour éradiquer la corruption lors de sa visite de travail en Côte d’Ivoire en décembre 2018 ne peut pas se réaliser en Côte d’Ivoire. »

Voici les agents de l’Administration publique qui doivent obligatoirement déclarer leur patrimoine à la HABG Les Présidents d’Institution et les personnalités ayant rang de Président d’Institution, les membres du Gouvernement et les personnalités ayant rang de ministre ou de Secrétaire d’Etat (Ministres d’Etat, ministres, ministres Délégués, Secrétaires d’Etat), les personnalités élues (les Députés, les Présidents de Conseils Régionaux et leurs Vice-présidents, les maires et leurs Adjoints), les Gouverneurs et Vice-gouverneurs de District.

Ouattara ne donne pas l’exemple
Toute autre personne agissant pour le compte de l’Etat et utilisant dans le cadre de ses fonctions les moyens financiers de l’Etat (les deux conditions sont cumulatives). Selon la HABG, le régime de déclaration du patrimoine du Président de la République est prévu par la loi n° 2004-413 du 15 août 2004 relative à la déclaration de patrimoine du Président de la République et des Membres de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, du Secrétaire Général, des Directeurs et des Chefs de Service de ladite institution. La déclaration de leurs patrimoines ce fait devant la cour des comptes.

Aucune note de la part des différents services n’indique que ces derniers ont effectivement déclaré leurs patrimoines. D’ailleurs, Alassane Ouattara n’a rendu publique la déclaration de son patrimoine qu’une seule fois devant la cour des comptes. Notamment en juin 2012, treize mois après la prestation de serment de son premier mandat. Aucune note officielle ne vient apprendre aux Ivoiriens que le Président Ouattara a re-déclaré ses biens, à l’issue de sa réélection en 2015, comme l’exige la loi. Un bel exemple que suivent sans doute, ses proches « intouchables ».

Afriksoir

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment