09222017Headline:

Télévision ivoirienne, le retour du…folklore: Rien n’a changé 22 ans plus tard,

Télévision-ivoirienne-rti
Des hommes et femmes qui œuvrent (selon leur terme) pour la victoire du candidat Alassane Ouattara envahissent la Première chaîne.

Regarder la télévision ivoirienne ( Rti) surtout principalement le journal de 20H00 de la Première, RTI 1, c’est faire indéniablement un bond en arrière entre 1994 surtout 1995, du temps du président Bédié. Un temps, pendant lequel on a assisté au top départ de ces clubs de soutien qui ont fleuri tous azimuts dans la tête fertile de nombreuses personnes ; du politicien au plus anonyme des Ivoiriens, du plus engagé au sans parti politique. Qui ne se souvient des fameux “CNB” et autres “BEDIE AMBIKÔH”, qui avaient envahi même le plus petit hameau de notre pays ?
Regarder aujourd’hui la télévision ivoirienne , surtout le journal de 20H00 de RTI 1, c’est faire un retour dans le temps où celle-ci se faisait encore appeler la Première Chaîne, “la chaîne des grands évènements”, qui deviendra à la longue dans le conscient collectif  ” la chaîne des grands énervements”. Une boutade lancée par un journaliste qui, déjà à l’époque, n’en pouvait plus de cette télévision façon façon. Même du temps de Gbagbo, c’est à véritable printemps de ces clubs et autres organisations auquel on assistera. Il n’y avait pas de jour, de seconde, de minute,  d’heure, sans que l’on ne découvre un nouveau club, groupe de soutien ou de …réflexion ( ?).
22 ans plus tard, rien n’a changé. A notre plus grand désarroi. Ils ont repris leur cirque infernal. Ils sont encore en train de saturer notre télévision avec « leurs journées de soutien au Président Alassane Ouattara » dans tous les domaines de la vie (politique, sport, culture etc.) à travers des concepts aussi farfelus  et  qu’inutiles les uns que les autres.
Hier, le PCA en personne de la RTI, Brou Aka Pascal, a remis le couvert à travers son émission “Parlons franchement” dont l’invité était le président du conseil régional du Guémon, l’honorable Evariste Meambly, dont la présence était somme toute de venir chanter les louanges du Président Alassane Ouattara et défendre sa politique. Il est du Pdci et, croyez nous, les vrais, simples ou sympathisants militants du Rdr ou même du Rhdp ne l’ont pas écouté, parce qu’ils le connaissent trop bien pour être franc. Le téléspectateur ivoirien qui ne désire et ne veut que regarder sa télévision à travers des émissions émergentes est malheureusement servi à longueur de temps, même dans “Agenda”, les émissions sportives etc. par ces pratiques vieillottes. Non, pas moyen de fuir ces hommes et ces femmes.
Des individus qui, pour la plupart, ne se sont habités par aucun idéal si ce n’est par pur intérêt mercantile, politique ou social. En effet, chacune de ces personnes -ou très peu- n’a que faire du bien-être du peuple ivoirien ni même de celui pour lequel ils usent tant et tant de salive. Tous ne veulent qu’une chose : être dans les petits papiers du grand Chef au moment de la distribution juteuse des postes ou de la rétribution en espèces sonnantes et trébuchantes. A défait d’être à la place du sultan (le Président de la république),  tous veulent être calife à la place d’un autre calife. Ou jouir du pouvoir financier et matériel du calife.
Alors, tous les moyens sont bons. L’important n’est-il pas d’être vu, entendu mieux de se faire remarquer par le Président ou ses hommes ? De surcroît, quand la télévision elle-même leur ouvre ses portes et, cerise sur le gâteau, les voies du Journal de 13H00 mais surtout celui tant convoité du 20H00… Un prime offert sur un plateau d’argent. Sans débourser aucun kopeck ou même l’obligation d’avoir un message, quelque chose d’important, de constructif à dire si ce n’est celui d’annoncer que « nous organisons un séminaire de réflexion, une journée en hommage, etc. »
Et, le plus pathétique dans tout ça, nombreuses sont les personnes qui ne croient même pas en ce qu’ils disent. Parce qu’elles les connaissent tous. Tous œuvrent non pas par amour ou même par sympathie ou encore par admiration pour le grand chef. Non, tous ont compris et jouent sur le talon d’Achille de nos grands hommes : la flatterie et la flagornerie. Alors, à chaque élection surtout présidentielle, tout ce que la Côte d’Ivoire compte de laudateurs, de flagorneurs viennent toute honte bue caresser dans le sens du poil, plébisciter, chanter les louanges, louer, glorifier parfois déifier le Patron. Ces derniers temps, on entend de façon récurrente des phrases et mots tels que : « le constructeur, l’infatigable bâtisseur, le messie, lui sans qui, la Côte d’Ivoire n’existerait plus », « le Président Ouattara est celui à qui on doit le nouveau miracle économique. Car la Côte d’Ivoire affiche aujourd’hui une croissance de 9% voire 10% alors qu’elle était négative », « le président Ouattara est au travail. Toutes les nouvelles infrastructures économiques nous le prouvent. Sans lui, point d’avenir pour la Côte d’Ivoire ».
Ces adeptes de la flagornerie se recrutent dans toutes les couches sociales, toutes les activités socio-économiques et professionnelles, tous les partis politiques. Ainsi, c’est fièrement que l’on nous montre ou annonce que des élèves, des étudiants, des chômeurs ont eu l’ingénieuse…idée d’organiser une journée de… remerciements ou encore un tournoi de football ou une journée en hommage et ainsi de suite. C’est à longueur de temps, que notre télévision nous offre des moments…privilégiés en compagnie de ces griots des temps modernes qui viennent nous décrire avec force détails, le contenu de  leurs nouvelles trouvailles qui pour « propulser encore  plus loin le Président » qui pour le « bénir » et tutti quanti.
Ainsi se rencontrent et se croisent, s’entrecroisent et se dévoilent les projets, les ambitions de ces individus parmi lesquels, on trouve pêle-mêle des intellectuels, des analphabètes, des gens cultivés, des incultes, le pauvre, le politicien, l’apolitique, des ong, l’élèv, l’étudiant, les sans-grades…
Tout ce petit monde  siège, assiège notre télévision à notre grand dam avec l’aval des dirigeants de notre télévision. Plus moyen de regarder notre 20H00 sans voir cette rare espèce d’Eburnie. Plus moyen de s’informer, venir chercher la sève de la culture générale, l’édification ou même juste la décompression sans tomber sur ces êtres étranges de cette étrange télévision.
Ce scénario, nous le connaissons tous car nous l’avons tous quasiment entériné en ne levant pas la voix contre ces choix égoïstes, en zappant et continuant de payer en silence les 2000 FCFA de redevance, chaque fois que nous optons pour le silence ou l’indifférence.
Une chaîne de service public, a-t-elle le droit de s’accaparer le pouvoir et de prendre en otage de nombreux citoyens d’un pays au motif qu’il faut défendre le pouvoir du président-quel qui soit- en place ? Les autres pays surtout ceux vers lesquels nous allons chercher notre expertise et nos ressources humaines, ces spécialistes venus des pays occidentaux en particulier la France, nous enseignent que non !  Alors, à quand le changement ? Surtout de mentalité !

Silue ELIEL

Source: La Regionale.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment