09282022Headline:

Tennis : Serena Williams, un palmarès fabuleux et quelques zones d’ombre aussi

Idole de beaucoup, quasi-incontestée au crépuscule de sa prodigieuse carrière, l’Américaine Serena Williams, a aussi parfois été une personnalité clivante, à l’origine de polémiques sur les courts qui lui ont parfois valu une réputation de «mauvaise perdante».

. L’affaire Williams-Ramos
En finale de l’US Open 2018, Serena manque l’occasion de remporter son 24e titre en Grand Chelem, qui lui aurait permis de rejoindre le record de l’Australienne Margaret Court, en perdant contre Naomi Osaka (6-2, 6-4), nouvelle coqueluche du circuit.

Mais au-delà de cette défaite, ce match reste dans les mémoires pour l’algarade violente entre la joueuse et l’arbitre de chaise Carlos Ramos. Alors qu’elle mène 1-0 dans la deuxième manche, Ramos inflige un avertissement à l’Américaine pour un geste de son entraîneur, Patrick Mouratoglou.

S’ensuit un dialogue qui va progressivement s’envenimer. «Je ne triche pas pour gagner, je préfère encore perdre», se défend l’Américaine. «C’est incroyable. Je n’ai pas reçu de +coaching+. Je n’ai jamais triché de ma vie. Vous me devez des excuses», s’emporte-t-elle au changement de côté.

Williams fracasse sa raquette et reçoit un second avertissement, synonyme de point de pénalité. «Vous attaquez ma personne. Vous avez tort. Vous n’arbitrerez plus jamais un de mes matches. Vous me devez des excuses. C’est vous le menteur», lance-t-elle. «Vous êtes un voleur. Vous m’avez volé un point. Dites que vous êtes désolé!», insiste-t-elle.

L’arbitre portugais lui inflige un troisième avertissement, donc un jeu de pénalité, une sanction rare à ce niveau. Serena Williams pleure: «Ce n’est pas juste.» Autre conséquence de l’incident, la star a dû s’acquitter d’une amende de 17.000 dollars.

Après la rencontre, la joueuse accuse Carlos Ramos de sexisme. «Je me bats pour les droits des femmes et pour l’égalité. Dire +voleur+ et recevoir un jeu de pénalité, je l’ai ressenti comme un acte sexiste. Il n’a jamais infligé un jeu de pénalité à un homme qui l’avait traité de +voleur+.»

. Sketch aux relents homophobes et xénophobes
Peu après cette finale, ressurgit sur les réseaux sociaux un sketch supposément humoristique de la chaîne de télévision Fox. Serena Williams y interprète une super-héroïne parodique, «Black Racket». Elle y affronte un personnage joué par un homme musculeux coiffé d’une perruque blonde, censé incarner Amélie Mauresmo.

La Française avait rendu publique dès 1999 son homosexualité. Dans ce sketch, sa version parodique entreprend de démontrer sa force physique en écrasant une balle de tennis entre ses cuisses. Le tout sous les yeux d’un ramasseur de balles d’origine asiatique, nommé «Ping Pong».

. Menaçante
Avant l’épisode avec Carlos Ramos, Serena Williams avait déjà perdu ses nerfs à l’US Open. En demi-finale de l’édition 2009, opposée à Kim Clijsters, elle s’était emportée contre une juge de ligne qui avait signalé une faute de pied sur service, offrant deux balles de match à la Belge, lui criant dessus et pointant sa raquette.

Ses propos ne sont pas audibles sur la retransmission télé, mais selon les médias, elle menace la juge de ligne de lui «enfoncer la balle dans la gorge», qui va s’en plaindre auprès de l’arbitre de chaise.

Williams nie alors à haute voix avoir proféré des menaces de mort. Mais elle écope d’un second avertissement, synonyme de point de pénalité – et donc de match perdu.

. Cri à contretemps
Un autre incident s’était produit à Flushing Meadows en 2011, en finale contre Samantha Stosur (défaite 6-2, 6-3). Menée 6-2, 30-40 dans le premier jeu de la deuxième manche, sur son service, Serena Williams avait poussé un sonore «come on!» (allez!) après avoir frappé un coup droit gagnant, mais avant même que Stosur n’ait touché la balle.

L’arbitre Éva Asderaki avait alors inversé le point et donné le jeu à l’Australienne. «Vous êtes incontrôlable. Vous êtes une rageuse. (…) Ne me regardez même pas», avait intimé Williams à Asderaki après s’être assise sur son banc.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles