07212017Headline:

Tiburce Koffi : «Dominique Ouattara est bien placée pour diriger la Côte d’Ivoire après Ouattara »

Turbice koffi

Dans une interview accodée à nos confrères de l’Inter, le journaliste, écrivain, musicien, dramaturge ivoirien, Tiburce Koffi, aujourd’hui exilé politique en France, a donné son point de point sur les questions d’actualité de son pays.

Avant tout propos, Tiburce a donné les raisons de son exil en France. “Honnêtement, affirme-t-il, je ne crois pas que le président Ouattara et son gouvernement, au sein duquel je compte d’ailleurs des amis, attenteraient à ma vie. Ils ont vraiment mieux à faire que ça. Et je l’avais déjà dit. Et puis, dans le fond, quel danger est-ce que je représente réellement pour des gens qui ont géré une rébellion, fait la guerre, triomphé du redoutable Laurent Gbagbo ? Rien ou pas grand-chose”.

Abordant la question du PDCI qui fête en ce moment ses 70 ans, il a affirmé de prime abord que “jamais je ne militerai au Pdci-Rda. D’ailleurs, eux-mêmes n’ont pas besoin de moi. Et c’est tant mieux. Leur fête ne m’intéresse donc pas.”
Toutefois, il observe tout tragiquement que c’est un parti politique qui entretient une culture inquiétante de la fête, depuis l’époque de Konan Bédié à sa tête.

“Ils ont même perdu le pouvoir un jour de fête !Et je leur avais prédit cela dans une longue « Lettre ouverte » au président Bédié, à quelques mois de décembre 1999. Même quand ils sabordent leurs propres cadres pour offrir le pouvoir à Ouattara et le Rdr, ils font la fête ! Ils dansent ! C’est un parti de fêtards impénitents. Moi, je travaille. Comme Alassane (Rire) ! Je ne m’amuse pas à danser n’importe quand et n’importe où.”

“Le Pdci-Rda peut toujours continuer de fêter, danser et de boire. Alassane Ouattara et le Rdr ne leur donneront jamais le pouvoir. On ne cède pas le pouvoir à ceux qui ne savent que danser, boire et attendre que le pouvoir leur soit offert…Et d’ailleurs, qui, dans ce Pdci actuel, de Bédié, est-il capable de diriger la Côte d’Ivoire ? Mon ami et ex-organiste Joël Nguessan du Rdr, dont j’ai toujours apprécié le bon sens analytique, disait à propos de cette histoire amusante d’alternance : « Il s’agit moins de passer le relais que de savoir qui est capable de diriger le pays. » Le Rdr et Alassane Ouattara ont-ils dit au Pdci qu’ils ne se sentiront plus capables de diriger le pays à partir de 2020 ? Dites-moi : pour quelles raisons, un parti politique qui, comme le Rdr, après près de deux décennies d’âpres combats, d’espérances, de pertes en vies humaines et sacrificielles, une fois parvenu au pouvoir d’Etat, devrait-il le redonner à un parti frère ? Et cela, juste après deux mandats ?”, s’interroge l’écrivain.

S’agissant du parti unifié, Tiburce a déclaré sans langue de bois qu’il ne voit pas le Rdr renoncer à son sigle Rdr d’autant plus que le PDCI avec ses cadres actuels n’a pas l’étoffe nécessaire pour diriger la Côte d’Ivoire.

“Je pense sérieusement qu’au Pdci d’aujourd’hui, il y a un problème sérieux de gestion des intelligences. Au contraire de la génération des Paul Akoto Yao, Usher Assouan, Ekra Mathieu et leurs cadets que sont Jean-Noël Loucou, Niamkey Koffi, technocrates et brillants intellectuels qui produisaient la réflexion en écrivant des livres, les cadres actuels du Pdci font preuve d’une rare carence et paresse intellectuelle. Les cadres du Rdr publient régulièrement des livres ; donc ils pensent, ils réfléchissent ; ceux du Pdci-Rda, non. Les cadres du Rdr interviennent de manière courageuse dans le débat politique. Pas ceux du Pdci, préoccupés qu’ils sont à protéger leurs postes et évaluer leurs comptes bancaires ! Sérieusement, où est l’Intelligentsia du Pdci capable, aujourd’hui, de diriger la Côte d’Ivoire ? Les cadres du Pdci n’ont même pas la capacité de lire efficacement aujourd’hui la carte politique du pays (…) un parti politique qui va jusqu’à humilier ses propres cadres qui aspirent à briguer l’Exécutif, n’est rien d’autre qu’une organisation qui a fait l’aveu de son incapacité à diriger le pays.

Revenant sur l’Appel de Daoukro, Tiburce fait remarquer qu’avant « l’Appel de Daoukro », la survie du Rdr était entre les mains du Pdci. Aujourd’hui, c’est l’inverse. C’est le Rdr et Ouattara qui détiennent le pouvoir, et non le Pdci. Et ils ont la possibilité de le conserver au-delà de 2020 ans en obligeant même le Pdci à ne présenter (encore) aucun candidat contre eux.

Parlant d’alternance 2020, l’auteur de “non à l’appel de Daoukro” affirme que la seule personne au Rdr capable de diriger la Côte d’Ivoire, après Ouattara, est Dominique Ouattara, l’épouse du Président.

“Elle a tous les atouts pour y parvenir. Le moment venu, je vous dirai pourquoi.”

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment