12092022Headline:

Tunisie/Migration irrégulière: des représentants de la société civile à Zarzis pour soutenir les habitants de la ville

Des représentants de la société civile tunisienne et d’organisations nationales effectuent mercredi, une visite à Zarzis (sud) pour exprimer leur solidarité avec les habitants de la ville suite au naufrage d’une embarcation transportant 18 migrants irréguliers et revendiquer des solutions urgentes à la migration clandestine tout en tenant compte du respect des droits humains.

C’est ce qu’a fait savoir le porte-parole officiel du Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Romdhane Ben Amor, dans une déclaration accordée à l’agence Tunis Afrique Presse (TAP/officiel).

“L’objectif de cette visite est de soutenir les habitants et les familles des migrants mais aussi de dénoncer le comportement policier avec les manifestants en marge de la tenue du Sommet de la francophonie au cours du week-end dernier à Djerba”, a-t-il ajouté.

“Les autorités n’ont pas cherché à trouver des solutions efficaces au problème de la migration irrégulière et c’est pour cette raison que le nombre de migrants disparus est en perpétuelle hausse passant de 550 en 2021 à plus de 577 en 2022 “, a-t-il noté, indiquant que les autorités n’accordent pas d’intérêt au sauvetage et à la protection des migrants, lit-on de même source.

Le gouvernorat sinistré vit un drame depuis deux mois, dix-huit migrants ayant tenté de franchir, clandestinement, les frontières maritimes, dans la nuit du 20 au 21 septembre 2022, avant que leurs familles ne perdent contact avec eux et n’en informent, trois jours après, les autorités, qui restent inertes.

Les tensions se sont exacerbées et la gronde s’est accentuée quand les familles des personnes disparues ont appris que des corps repêchés par les autorités en question avaient été inhumés de manière anonyme dans “le cimetière des étrangers”, connu également sous le nom de “cimetière des jardins d’Afrique”, où sont, habituellement, enterrées les dépouilles de migrants non identifiés morts au cours d’une traversée clandestine de la Méditerranée. Il s’agit d’un terrain d’une ancienne décharge publique qui couvrait 400 m2 avant de s’étendre sur une superficie de 2 500 m2.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles