07212017Headline:

Un basketteur international ivoirien se fait volé 46 millions de F Cfa dans un bar à abobo

argent espece

Son séjour vacancier en terre abidjanaise lui aura certainement passé de travers. Un séjour qu’il entendait pourtant parfumer de toutes les senteurs exotiques de son pays, mais qui, hélas, s’avère bien ”nauséabond” pour lui.

Lui, c’est B.O.T., basketteur international ivoirien, faisant valoir son talent sur les parquets d’un pays situé au nord de l’Asie et à l’Est de l’Europe. En effet, à en croire nos sources, dans la nuit du jeudi 30 juillet 2015, le jeune homme part des 2 Plateaux où il réside et se retrouve avec des amis au quartier « Kennedy », à Abobo. Là-bas, tous, au nombre de six, accèdent à un chic bar climatisé pour un show délirant. En tout cas, B.O.T. et ses amis se font bien plaisir autour d’un pot. Leur soirée est bien partie pour être une belle petite fête.

Hélas, des aigrefins qui animent, à leur façon le quotidien des populations abidjanaises, décident plutôt de faire « boire » la quinine au groupe des jeunes gens heureux. Ainsi, aux alentours de 3h du matin, les coupes-jarrets, au nombre de trois, font subitement leur entrée au sein du bar climatisé et dévoilent tout de suite leurs intentions malveillantes. B.O.T. et ses amis n’ont pas le temps de comprendre ce qu’il se passe, qu’ils sont rapidement neutralisés à l’aide d’une kalachnikov. Tout comme d’ailleurs les quelques autres clients, les serveuses, le gérant et même le Dj.

Seuls maîtres des lieux désormais, les trois gangsters qui semblent être là pour le basketteur international et ses amis, dirigent donc l’essentiel de leur assaut contre ces derniers. Ils dépouillent ainsi les pauvres de sept téléphones-portables, et surtout, de la somme de 70 291 Euros. Soit, la coquette somme de 46 millions de F Cfa. Heureux comme pas permis, les quidams et leur butin à l’important relief s’arrachent sans plus perdre de temps des lieux, pour se fondre dans la nature.

Encore en état de choc, B.O.T. et ses malheureux potes vont saisir le commissariat de police le plus proche. Des investigations sont en cours, pour retrouver les assaillants.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment