10172019Headline:

Un commando lourdement armé débarque au commissariat de 2è arrondissement de Yamoussoukro et sème pagaille. Un policier grièvement blessé

Qui a attaqué le commissariat du deuxième arrondissement de Yamoussoukro ? Bien malin qui pourra y répondre. Mais des indiscrétions au sein de l’armée font état d’une possible action de représailles des militaires.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

Une remontada des militaires sur les policiers ? En tout cas, c’est l’une des théories les plus répandus dans le milieu des corps habillés, ce samedi 21 septembre 2019, à la lumière du mode opératoire du commando qui a attaqué le commissariat du 2è arrondissement de Yamoussoukro. Selon certains témoignages, des phrases lâchées par les assaillants, laisse croire cette hypothèse. De même qu’un acte posé par les assaillants. « Ils ont tiré sur le véhicule du sama (commissariat en jargon militaire ivoirien, ndlr) sans chercher à l’emporter. C’est un message très clair. Ils n’ont rien emporté », commente un officier.

Aucune description de photo disponible.

Dans la nuit du vendredi 20 septembre, aux environs de 23h, un commando d’une quinzaine d’individus en « Charlie armés » (portant des treillis non conventionnels, ndlr) ont fait irruption dans la cour du commissariat du 2è arrondissement de Yamoussoukro. Ils ont rafalé dans la cour, atteignant un adjudant de police à la cuisse. Celui-ci, selon nos informations, n’était pas spécifiquement visé. Il a été évacué à l’hôpital général de Yamoussoukro.

Touts les chefs militaires et policiers de la ville ont immédiatement afflué sur le théâtre des opérations pour calmer les esprits.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Le 19 septembre 2019, des heurts ont éclaté à la préfecture de police d’Abidjan, opposants des éléments des Forces spéciales et des policiers. Ils faisaient suite à l’interpellation d’un individu qui serait un FS en civil, au cours d’une opération de rafle générale. Les états-majors de l’armée et de la police ont qualifié l’incident de « malentendu qui a entraîné des échauffourées ». Certains policiers présents lors de ce « malentendu » ont plutôt parlé d’attaque, tandis que certains soldats dénonçaient une humiliation ou un affront fait aux Forces spéciales.

aFRIKSOIR

Afriksoir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment