04232024Headline:

un dialogue semble désormais possible entre la présidence et Ousmane Sonko

Dix jours après l’annonce par le président Macky Sall de reporter la présidentielle, le mécontentement chez l’opposition et la société civile ne faiblit pas, même si le calme prévaut dans la capitale. En coulisses, la présidence a entamé le dialogue avec l’opposant Ousmane Sonko pour tenter d’apaiser les tensions.

Des intermédiaires ont commencé à faire le pont entre Macky Sall et Ousmane Sonko qui est en prison depuis juillet. Il s’agit du militant des droits humains Alioune Tine et de l’homme d’affaires Pierre Goudiaby Atepa. Ce dernier explique qu’il a été « nommé facilitateur par le président pour voir comment convaincre les uns et les autres d’échanger avec un objectif d’apaisement ».

La libération d’Ousmane Sonko serait sur la table et des négociations déjà en cours. Selon Pierre Goudiaby Atepa, le président Macky Sall aurait déjà donné ses instructions pour faire libérer dans les prochains jours pas loin d’un millier de personnes en détention préventive après avoir été arrêtés en mars et en juin dernier.

Du côté du parti de l’opposant, l’ex-Pastef, on affirme n’être demandeur de rien : ni d’un dialogue ni d’une amnistie. « On veut des élections le plus rapidement possible », affirme un cadre de l’ex-Pastef.

 

Mais pour l’instant, ces gestes plus ou moins discrets ne convainquent pas tout le monde. Une grande partie de l’opposition réclame toujours la tenue de l’élection le 25 février et le départ de Macky Sall le 2 avril, date à laquelle il était censé passer le pouvoir à son successeur.

What Next?

Recent Articles