01182017Headline:

Un mois avant l’élection présidentielle, voici la liste des 9 exilés pro-Gbagbo qui font peur au regime

koné katina

Dans une déclaration de la coordination du Front Populaire Ivoirien (FPI), dont copie nous est parvenue, Emile Guiriéoulou a révélé que le chef de l’Etat Alassane Ouattara a saisi l’ONU aux fins d’interpellation du gouvernement ghanéen sur les « activités subversives » des ivoiriens pro-Gbagbo exilés et vivant au Ghana.

« Les informations en notre possession font état de ce qu’au mois de juin 2015, monsieur Alassane Dramane Ouattara a saisi l’ONU aux fins d’interpellation du gouvernement ghanéen sur les « activités subversives » des exilés ivoiriens vivant au Ghana », révèle l’ex-ministre de l’intérieur de Laurent Gbagbo.

“Toujours selon nos sources, monsieur Ouattara a justifié à son hôte cette violation de l’embargo, entre autres raisons, par le fait que les exilés proches du Président Laurent Gbagbo qui sont au Ghana, veulent déstabiliser son régime et qu’il a interpelé plusieurs fois le gouvernement ghanéen sur cette question, mais ce dernier n’a jamais réagi” a-t-il continué.

Rentré en Côte d’Ivoire, monsieur Ouattara a donc adressé une correspondance à l’Onu lui demandant d’interpeller le gouvernement ghanéen. Suite à cette demande de monsieur Ouattara, l’ONU a saisi le 24 juin 2015 le gouvernement ghanéen d’une requête en investigation sur certains exilés.

A en croire, le document des proches de Laurent Gbagbo exilés au Ghana depuis 2011, neuf personnes seraient dans le collimateur du pouvoir d’Abidjan.

Ce sont: Ahoua Don Mello;

Koné Katinan Justin;

Guiriéoulou Emile;

Damana Pickass;

Alphonse Gouanou;

Dadi Zadi; Loba Patrice;

Akapéa;

Clotaire.

Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de la déclaration.

“La Coordination FPI en exil dénonce la traque dont sont objets les exilés ivoiriens de la part de monsieur Ouattara et de son gouvernement. Met le gouvernement ivoirien en garde contre toute forme de menace de son fait qui pourrait perturber la quiétude des exilés qui après avoir tout perdu dans leur pays, vivent péniblement malgré la grande sollicitude du peuple ghanéen et de son gouvernement. Interpelle vivement monsieur Ouattara sur sa responsabilité à réconcilier les ivoiriens au lieu de les diviser par des pratiques mafieuses. Il est de sa responsabilité exclusive de créer les conditions du retour des exilés ivoiriens. dénonce avec véhémence les pressions que le gouvernement ivoirien met sur le gouvernement ghanéen sur la question des exilés ivoiriens. Elle rappelle que monsieur Ouattara a accordé l’exil à monsieur Compaoré, l’un des plus grands criminels de la zone africaine aussi comptable des souffrances des populations ivoiriennes, dont la présence en Côte d’Ivoire est une menace pour la transition au Burkina Faso. Enfin la Coordination dément solennellement les allégations mensongères de monsieur Ouattara. Elle les considère comme diffamatoires à son endroit.

La Coordination se félicite de la vigilance du gouvernement ghanéen. Elle le prie de bien vouloir redoubler cette vigilance devant ce qui constitue une autre cabale du gouvernement ivoirien contre les exilés ivoiriens, laquelle cabale n’a pour objectif que d’opérer des enlèvements d’exilés. Rassure le gouvernement ghanéen qu’elle entend rester fidèle à sa parole donnée à feu le Président Atta Mills de ne mener aucune activité à même de brouiller les relations entre le Ghana et la Côte d’Ivoire et l’assure de sa disposition entière à répondre à toutes ses sollicitations dans le cadre de la présente affaire. Elle attend que la lumière y soit faite pour que, une fois pour toutes, la vacuité des allégations du gouvernement ivoirien contre les exilés soit mise à nue afin que les exilés ivoiriens vivent en paix sur cette accueillante du Ghana, berceau du panafricanisme.

Pour terminer , elle rappelle également à l’ONU qu’il est de son devoir d’assurer la protection des exilés. Elle ne saurait se dérober de cette obligation du seul fait que les exilés en question sont proches du Président Laurent GBAGBO.”

Nous vous reviendrons.

A’D.

IM

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment