12052022Headline:

Une réglementation excessive en Europe : ce poison qui pourrait tuer le marché de l’hydrogène vert, selon Engie

 

Le groupe français redoute qu’une réglementation trop stricte au sein de l’UE « tue le marché », alors même que le cadre réglementaire est devenu extrêmement favorable aux Etats-Unis. Toutefois, la grande majorité de sa production se fera hors UE. Sur les quatre gigawatts d’hydrogène vert que veut produire l’énergéticien à l’horizon 2030, seul un gigawatt devrait être produit sur le Vieux Continent. Le reste sera produit dans des régions du monde où les énergies renouvelables sont abondantes et compétitives, comme au Chili, au Brésil et au Moyen-Orient. Pour Engie, l’importation d’hydrogène ne remet pas en question les enjeux de souveraineté énergétique de l’Union européenne.

Un an après avoir donné le coup d’envoi de son plan consacré à l’hydrogène propre, Engie confirme ses ambitions dans cette minuscule molécule, considérée comme cruciale pour décarboner l’industrie et la mobilité lourde. « Notre expertise gazière couplée à nos compétences d’électricien nous rend extrêmement légitimes sur l’hydrogène », a fait valoir Catherine MacGregor, la directrice générale de l’ex-GDF-Suez, ce jeudi 3 novembre à l’occasion de l’inauguration de la H2 Factory, une plateforme de recherche et d’innovation dédiée à l’hydrogène implantée au Lab Crigen, le plus gros centre de recherche d’Engie, situé à Stains (Seine-Saint-Denis).

Alors que la transition énergétique doit s’accélérer pour répondre à l’urgence climatique mais aussi aux enjeux économiques et de souveraineté, exacerbés par l’invasion russe de l’Ukraine, la patronne du groupe a défendu le rôle des gaz décarbonés. « Le bouquet

Comments

comments

What Next?

Recent Articles