08192017Headline:

Urgent-Burkina Faso: Fin de l’ère Compaoré-Commandant FARTA Bachirou: ” Compaoré n’est plus au pouvoir”

commandant farta

Vendredi 31 octobre 2014 – Au lendemain de la déclaration présidentielle, les manifestants ont ce vendredi matin pris d’assaut l’Etat Major des armées à comme constaté sur place par koaci.com.

Sur appel du balai citoyen, des milliers de manifestants se sont rassemblés pour demander la démission et du chef d’Etat Major, le Général qui, hier sous-entendait à travers une déclaration, un soutien à Compaoré.

Au sortir des pourparlers, par la voix du lieutenant Colonel Zida, l’armée indique avoir entendu l’appel et répond à ce dernier. “L’armée à entendu votre appel et l’armée répond à cet appel” a lancé en direction de la foule, l’officier.

En réaction, Me Guy Kam, le chef de file du mouvement balai citoyen, a salué le fait que l’armée ait pris ses responsabilités. “Nous irons célébrer la victoire à la place de la Nation” a t’il indiqué à koaci.com.

Le commandant Farta Bachirou a quant à lui annoncé que Compaoré n’était plus au pouvoir. “Blaise Compaoré n’est plus au pouvoir, les décisions seront prises avec le peuple ici place de la Nation” s’est exprimé l’officier depuis la place centrale de devenue symbole de la chute du règne de Compaoré.

Nombreux et impatients des résultats des pourparlers qui ont tardé, les manifestants ont entonné des “Lougué au pouvoir” et sont allés jusqu’à bousculer le cordon sécuritaire.

Les milliers de manifestants en joie après l’annonce de l’armée sonnant comme la fin du pouvoir de Compaoré, ont décidé de rejoindre la place de la nation pour fêter cette annonce. Les ont rejoint les leaders de l’opposition Zéphirin Diabré, Roch Marc Kaboré et Me Bénéwendé Sankara.

Des informations contradictoires invérifiables à cette heure, indiquaient par ailleurs que le général Kwamé Lougué, dont le nom était déjà porté jeudi par les manifestants, aurait été arrêté ce vendredi matin alors qu’il tentait de rejoindre la place de la Nation dans le centre de Ouagadougou, là où se rassemblaient progressivement depuis 8hTU les manifestants anti maintien au pouvoir de Compaoré. D’autres informations indiquent que le général porté par le peuple, s’exprimerait sous peu.

Si ces derniers ont réussi jeudi un “coup d’Etat populaire” en faisant reculer le président qui a annoncé le retrait du projet de modification de constitution, sa volonté de mettre en place une transition et de la gérer jusqu’à une prochaine présidentielle est rejetée en bloc.

A l’image de l’opposition, ils demandent le départ immédiat d’un qui se disait toujours au pouvoir et qui semblait bénéficier du soutien de son armée, en tout cas du chef d’Etat Major, mis en lumière lors de sa déclaration télévisée.

Dans cette dernière le chef de l’Etat corroborait les annonces du chef de l’armée dans un contexte d’Etat de siège, rendues publiques quelques heures plus tôt tout en ajoutant sa levée. Cette situation sous entendait, constitutionnellement, la reprise en main de la gestion de l’Etat par Compaoré, cédée momentanément, conformément à une situation d’Etat de siège décrété, à l’armée.

Mais au regard de la déclaration du jour de l’armée, tout indique que Compaoré, dont on ne sait s’il se trouve encore au Burkina, ne serait plus au pouvoir en attendant de savoir qui serait nommé pour gérer une éventuelle voire probable transition avant la tenue d’une présidentielle.

Au delà de sa demande de départ immédiat de Compaoré, l’opposition annonce un bilan d’au moins 20 manifestants tués par des éléments des forces de l’ordre ayant tiré à balles réelles.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment