02022023Headline:

URGENT : La CEDEAO exige que le Mali libère les 46 soldats ivoiriens au plus tard le 1er janvier 2023.

Aucune description de photo disponible.Le 62e Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’ouvre ce jour, dans la capitale du Nigeria. Les acteurs se pencheront sur la situation au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. La tension entre Bamako et Abidjan est attendue pour être au centre du Sommet.

Les travaux de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest s’ouvrent, ce dimanche 4 novembre, à Abuja. Lors de ce Sommet, le Président nigérian, Muhammadu Buhari, et le président en exercice de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embalo, mènent la délégation des chefs d’États et de gouvernement.

L’occasion sera saisie pour procéder à la pose de la première pierre du siège de l’institution. Le site devra abriter la Commission, le Parlement et la Cour de justice. Par ailleurs, au cours des travaux, le nouveau président de la Commission, le Gambien Omar Alieu Touray, prêtera serment. Plusieurs sujets seront débattus lors de ce sommet.

Un Sommet de la CEDEAO sur Abidjan et Bamako ?
Des rapports sur le Mali, le Burkina Faso et la Guinée Conakry seront présentés par les médiateurs de la CEDEAO. Ces trois pays ont été suspendus par l’institution à la suite d’un coup d’État. Seulement, l’heure ne semble plus prompte aux sanctions. Il sera plutôt question d’accompagner ces États suspendus des instances de la CEDEAO.

Le sujet le plus brûlant sera la tension entre Bamako et Abidjan, au sujet des militaires ivoiriens arrêtés au Mali. Sur les 49 soldats interpellés, seules trois femmes ont été libérées. Le Togo joue les médiateurs pour tenter de dénouer la situation. Visiblement en vain. Les autorités de la transition malienne campent sur leur position. Elles accusent ces soldats d’être des mercenaires.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles