05292017Headline:

Utilisation du bulletin de vote au référendum du 30 octobre 2016:Trés Gros malaise à la Cei/ce qui se passe..

bakayoko youssouf

Un courrier a été adressé à Youssouf Bakayoko pour la tenue d’une réunion de crise ce lundi

Ça ne va pas du tout à la Commission électorale indépendante (Cei). Et, l’affaire fait actuellement grand bruit dans les bureaux et dans les couloirs de la résidence Angoua aux Deux Plateaux, siège de l’Institution.
Au centre de cette profonde division, la question de l’utilisation du bulletin de vote au référendum constitutionnel du dimanche 30 octobre 2016.

Tout est parti, selon des sources crédibles, de l’annonce faite, le mercredi 12 octobre 2016, par le Porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Nabagné Koné. Rendant compte, ce jour-là, de la réunion du Conseil des ministres, il a indiqué que huit décrets d’application relatifs à l’organisation du référendum ont été signés sur proposition de la Cei. Des commissaires de la Cei ont dit avoir été surpris d’entendre le ministre de l’Economie numérique et de la poste dire que c’est l’Institution chargée d’organiser les élections qui a proposé au gouvernement, l’usage de deux bulletins de vote pour le référendum. Ce même mercredi, au cours d’une réunion à la Cei, des responsables des partis politiques avaient « bombardé » de questions, la Cei sur l’usage du bulletin unique de vote pendant le scrutin référendaire. Un tantinet gênés, Youssouf Bakayoko et ses collaborateurs avaient alors reporté leur réponse à une réunion ultérieure.

Parce que, selon nos informations, la Commission centrale de la Cei avait délibéré sur la question, le jeudi 6 octobre 2016, et avait décidé, à l’unanimité des membres présents, d’utiliser le bulletin unique de vote pour le scrutin référendaire. « Si le gouvernement a reçu une délibération autre que celle de la Commission centrale, c’est qu’il a été volontairement induit en erreur et cela est grave et pour preuve, l’ensemble des documents électoraux préparés et déjà diffusés depuis le 1er octobre 2016 par la Cei à l’ensemble de ses démembrements sont relatifs à l’usage d’un bulletin unique de vote », s’est emporté, vendredi 14 octobre 2016, au téléphone, un membre de la Commission centrale de la Cei. Notre interlocuteur s’est dit ahuri lorsqu’il a entendu sur la Radio Onuci-Fm, le jeudi 13 octobre 2016, le 1er Vice-président de la Cei, Koné Sourou, déclarer que, contrairement à ce que pensent certains partis politiques, le gouvernement n’a pas imposé l’utilisation de deux bulletins de vote pour le référendum et que c’est la Cei elle-même qui a fait cette proposition. « Cette déclaration du premier Vice-président est en flagrante contradiction avec la délibération de la Commission centrale, jette l’opprobre sur les membres de la Commission, discrédite l’Institution et la rend suspecte pour l’organisation du scrutin référendaire », a dénoncé une autre source à la Cei.

C’est donc pour clarifier cette situation de l’usage du bulletin qu’une réunion de crise a été demandée par plus du 1/3 des Commissaires centraux de la Cei pour ce lundi 17 octobre 2016 au siège de l’Institution électorale. Une correspondance a d’ailleurs été adressée au président de la Cei, Youssouf Bakayoko, ce vendredi 14 octobre 2016, pour la tenue de cette rencontre qui s’annonce, pour le moins, houleuse. Ceux qui sont pour cette réunion se fondent sur l’article 19 du règlement de la Cei. Selon cette disposition, l’Assemblée des membres de la Commission centrale de la Cei se réunit sur convocation de son président, d’un Vice-président ou du 1/3 de ses membres.

Pour avoir sa version, nous avons eu, au téléphone, vendredi 14 octobre 2016, le premier responsable de la Cei. Youssouf Bakayoko nous a indiqué qu’il est à San-Pedro et qu’il y a trop de bruits autour de lui. Il a ajouté qu’une fois à Abidjan, on en reparlera.

SYLLA Arouna

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment