05302020Headline:

Vaccin contre le Covid-19: un pro-Gbgabo à la charge « Si aucun président africain ne donne son accord, cela ne sera pas possible »

Dans cette expérimentation du vaccin Coronavirus en Afrique, si aucun président africain ne donne son accord, cela ne sera pas possible.

Depuis quelques années, ma perception du combat qu’il nous faut mener a beaucoup évoluée. Ma naïveté politique a été violenté et violé pour m’ouvrir les yeux sur la réalité du monde.

Avant, j’étais de ceux qui pensaient qu’il suffisait d’avoir raison. Ainsi donc, la noblesse de notre combat suffirait pour qu’on l’emporte. Ma culture chrétienne qui veut que jamais le juste ne perde devant l’injustice faisait le reste. Je m’administrais cette drogue par dose homéopathique. Pour cela, il fallait dénoncer à tout bout de champs les agissements néfastes des grandes puissances contre mon peuple.

Ma perception a changé parce que je suis plus regardant sur les agissements de nos dirigeants que sur le comportement des autres. La crise du coronavirus est venue me réconforter dans cette option. On a pu voir que les puissants entre eux ne se faisaient pas de cadeaux. Pourquoi ils nous en ferraient à nous qui sommes si faibles parce que dirigés par des corrompus ? On a pu voir l’Allemagne soutenir la France alors qu’elle a fermé les yeux sur le drame italien.

On a pu voir les américains acheter au prix fort des masques destinés à la France. Ils ont même voulu acheter toute une recherche scientifique allemande sur la question. Cette crise sanitaire a ravivé une sorte de guerre froide qui se déroule sous nos yeux. Les dirigeants des pays forts pensent exclusivement à leurs ressortissants d’abord. Et cela est de bonne guerre.

Le panafricanisme de ce siècle doit être celui tourné vers nos élites africaines car ce sont elles qui se montrent complices de tout ce que nous vivons. Disons-nous la vérité. Si je suis président de la France et que mon peuple a besoin de cacao, je vais mettre tout en œuvre pour l’avoir à moindre coût quitte à corrompre vos dirigeants où fomenter des coups de force.

Toutes ces organisations mondiales (ONU, OMS, UNICEF) ont pour but de nous faire croire qu’il y a de la morale dans les relations internationales. C’est archi-faux. C’est le rapport de force qui est la loi au niveau international. C’est du pragmatisme. Tant que le monde existera, il y aura des exploitants et des exploités. La lutte des classes n’est pas morte avec Karl max. L’exploitation peut changer de forme mais elle va demeurer. Le lion ne deviendra jamais herbivore pour faire plaisir à la biche.

Si nous ne formons pas des sociétés civiles fortes pour mettre la pression sur nos dirigeants, nous mourrons de notre naïveté. Il parait que nous sommes nous africains un peuple béni et que Dieu ne va pas nous abandonner. Laissez-moi rire devant ces niaiseries d’un autre siècle.

Je l’ai écrit hier dans le cadre de la polémique sur les expérimentations des vaccins. Tous les laboratoires européens ont beau vouloir nous utiliser comme cobayes, si aucun président africain ne donne son accord, cela ne sera pas possible. Alors, entre le médecin blanc et le dirigeant africain, vers qui dois-je diriger ma colère.

La bienséance dans les propos sur les médias est un somnifère. Ils vont s’excuser publiquement, ils vont démentir les faits et où tu vas t’en rendre compte, le vaccin est en train d’être administré dans ton pays. Les mallettes d’argent sont passées par là. La réalité est pitoyable. Les grands entre eux, ils se volent et tu espères qu’ils t’épargnent pour une question de morale ?

Après je ne suis pas dupe. Je suis bien conscient que dès lors que nous avons un dirigeant averti qui montre son courage, on l’élimine systématiquement mais j’espère que vous avez aussi remarqué que c’est un pays africain voisin qui constitue la base arrière militaire.

Il nous faut absolument réorienter notre modèle de pensée trop candide. Les premiers responsables de ce que nous vivons, ce sont d’abord nos élites qui manquent d’amour pour leur peuple. Ce que j’affirme ici n’est pas nouveau ! Le grand Bomou Mamadou s’était déjà écrié « NELLO ! »

Lire sur Yeclo

Comments

comments

What Next?

Recent Articles