12192018Headline:

Vive tension à Grand-Bassam, la colère des partisans du maire sortant Georges Philippe Ezaley, aux dernières élections municipales du 13 Octobre 2018 n’est pas prête de s’estomper.

A Grand-Bassam, la colère des partisans du maire sortant Georges Philippe Ezaley, candidat du PDCI-RDA aux dernières élections municipales du 13 Octobre 2018 dans ladite commune, n’est pas prête de s’estomper.

Le jeudi 18 Octobre 2018, soit presque 5 jours après l’élection municipale dans la commune de Grand-Bassam, une autre marche de contestation des résutats jugés ”frauduleux” des municipales du 13 Octobre dernier, initiée par des partisans du maire Georges Philippe Ezaley, en majorité des femmes vêtues de rouge, signe de révolte, a été vite étouffée par la police qui a fini par contraindre les manifestants à quitter les artères de la ville. Le Président de la Jeunesse urbaine du PDCI-RDA, Valentin Kouassi, arrivé vers 17h pour entretenir la foule, a manqué de peu de se faire interpeller par les forces de l’ordre qui semblaient mal apprecié que le meeting improvisé par le jeune leader, se soit déporté sur la voie publique en face du QG du candidat Ezaley.

«Nous sommes venus nous exprimer tout simplement. Mais on ne sait pas pourquoi le préfet prend un arrêté d’interdiction de toute manifestation ici à Bassam. Nous ne sommes pas en guerre. Nous ne sommes pas en periode de crise. Et donc nous ne savons pas pourquoi cet arrêté d’interdiction. Nous sommes venus dire que cet arrêté ne nous concerne pas. Nous sommes dans un pays de droit. La liberté d’expresson est prescrite par la constitution ivoirienne. Nous reviendrons encore plus fort. Nous allons nous mobiliser pour demander le retablissement de la vérité des urnes, qui est la victoire du maire Ezaley», a déclaré Valentin Kouassi.

Un discours qui semlait pas plaire puisqu’à peine a-t-il entamé son speech qu’une vingtaine d’éléments de la CRS, de la BAE et de la police nationale ont investi les lieux. Fort heureusement le bon sens l’a emporté sur la colère et les manifestants ont été priés de regagner l’intérieur du QG ou de rentrer à la maison. «Notre combat aboutira parce que nous sommes dans la vérité. Bassam s’est mobilisée comme un seul homme pour aller voter et choisir son maire. On ne sait pour quelle raison, à la télévision, après dépouillement à Bassam où tous les PV donnaient le maire Ezaley Georges vainqueur des élections, les gens ont changé carrement les résultats. La population de Bassam n’est pas d’accord avec ce braquage électoral. Les jeunes et les femmes ne sont pas d’accord», a-t-il martelé.

David YALA

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment