12182017Headline:

Voici les noms des 9 militaires pro-Gbagbo de la maca qui sont conduits sur le lieux des crimes

maca blesse

Neuf militaires pro-Gbagbo conduits sur les lieux de leurs crimes présumés en Côte-d’Ivoire (crise postélectorale)

Ils sont neuf militaires. Ils sont en détention préventive à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Ils ont été inculpés pour les faits de meurtres, de viols et autres crimes commis sous l’ancien régime, lors de la crise postélectorale. Sur instruction du juge du 8ème cabinet et doyen des juges d’instruction, Victor Coulibaly Ousmane, ces neufs soldats pro-Gbagbo ont été extraits samedi à 8 heures du pénitencier de Yopougon. L’opération a été sécurisée par un détachement de l’Unité d’intervention de la gendarmerie nationale (Uign). Les mis en cause ont été transportés à bord d’un minicar de 32 places de la gendarmerie nationale. Il s’agit des sous-officiers Chiawa Gbunsai David (placé sous mandat de dépôt le 1er mars 2012), d’Ohoukou Mody Léopold (MD du 24 mai 2012), d’Abalé Cyriaque (MD du 24 août 2011), d’Osée Loguey (MD du 19 mai 2011), d’Aby Jean (MD du 9 juin 2011), de Toli Ogou Marcellin (MD du 8 juillet 2014), de l’ex-sergent Toh Ferdinand (MD du 24 mai 2012). A cette liste s’ajoutent deux officiers supérieurs à savoir le capitaine Kangbé Antoine (MD du 8 juillet 2011) et l’ancien cdt Kipré Yagba (MD du 15 mai 2011), ex-commandant en second de la Garde républicaine et ayant planifié, avec le général déchu, Bruno Dogbo Blé, l’exécution du colonel-major Dosso Adama, le 12 mars 2011, au PK 42, sur l’autoroute du nord. Tout ce monde a été conduit sous bonne escorte devant le doyen des juges d’instruction, à son cabinet, au Palais de justice du Plateau. Selon nos sources militaires, après les formalités d’usage, le cortège a mis le cap sur l’état-major général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Toujours d’après nos informateurs, l’extraction de ce samedi s’inscrit dans le cadre de la reconstitution des crimes commis lors de la crise postélectorale par ces accusés. «Les grands procès de la crise postélectorale vont commencer en octobre. Donc le juge d’instructionveut accélérer son enquête afin de boucler les différents dossiers. C’est ce qui explique le fait qu’aujourd’hui (samedi, ndlr), nous avons extrait ces personnes pour les confronter davantage à leurs crimes en les transportant sur les lieux de leurs forfaits», a indiqué un collaborateur du magistrat-instructeur. Ainsi, loin des regards indiscrets et conformément au secret de l’instruction, plusieurs sites ont été visités par les inquisiteurs, en compagnie des prévenus notamment le Palais présidentiel, la base navale de Locodjro à Attécoubé. A la suite de ces différentes visites sur les sites, les prévenus ont été reconduits ce même jour vers 18 heures à la prison civile d’Abidjan, toujours escortés par les éléments de l’Uign. Ils ont été réintégrés dans leurs cellules en attendant leur comparution à partir d’octobre, devant le juge.

Nord-Sud
Par Ouattara Moussa

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment