12122017Headline:

Voici l’homme que Bédié veut positionner en 2020

Thierry Tanoh

« Il n’y aura pas de candidat Pdci en 2015. Notre candidat, c’est le président Alassane Ouattara. Celui qui te dit le contraire ment. D’ailleurs, le moment venu, le président Bédié l’annoncera publiquement ». Cette révélation nous a été faite en début d’année 2013 par un haut cadre du PDCI, membre de la direction du parti créé par Houphouët-Boigny et proche de Bédié. Avec l’une des résolutions du congrès du PDCI tenu en octobre 2013 stipulant clairement que le parti doit avoir son candidat à la présidentielle de 2015, nous avions pensé que notre source, en dépit de sa grande crédibilité, avait cette fois-ci fait fausse route.
Depuis le 17 septembre 2014, ce qu’avait annoncé ce haut cadre du Pdci en 2013 s’est traduit dans les faits. en effet, à l’occasion de la visite d’etat aux allures de pré-campagne électorale dans la région de l’Iffou (exmoyen comoé), du chef d’etat-candidat déclaré, Alassane Dramane ouattara, du 14 au 17 septembre dernier, Henri Konan Bédié a publiquement lancé un appel aux militants du PDCI et du RHDP (coalition au pouvoir) pour une candidature unique de m. ouattara en 2015. «J’ai donné des instructions fermes à mes hommes qui préparent la convention pour une candidature unique de Ouattara au RHDP à la présidentielle de 2015 », a-t-il affirmé. Violant ainsi, de façon flagrante, la résolution du congrès de son parti qui exige un candidat du Pdci à la présidentielle à venir. Le congrès précise même que ce candidat doit être « un militant actif du PDCI ».
Pourquoi Bédié a-t-il fait cela ? Que cache l’appel de Daoukro? Y a-t-il un deal entre Bédié et ouattara ? C’est Alassane Ouattara, lui-même, qui apporte une réponse à ces différentes questions lors de la conférence de presse à Daoukro, le 17 septembre dernier, marquant la fin de sa visite d’etat dans l’Iffou. « Je pars de la tête du pouvoir en 2020 pour favoriser l’alternance souhaitée par Bédié. A cette période, Bédié et moi serons en base-arrière pour encadrer les jeunes qui viendront ». Ces propos de M. Ouattara dévoilent en filigrane l’existence d’un accord secret scellé entre Henri Konan Bédié et lui à Daoukro.
Un deal qui mentionne visiblement que Bédié fait de Ouattara, le candidat unique du RHDP donc du PDCI en 2015 ; en retour, ouattara quitte le pouvoir en 2020 pour céder la place à un homme du camp Bédié. Précision de taille faite par Alassane ouattara : « A cette période, Bédié et moi serons en base-arrière pour encadrer les jeunes qui viendront ». En évoquant la jeunesse de son « successeur » potentiel en 2020, ouattara en dit un peu plus sur le deal de Daoukro.
En effet, l’information distillée dans le microcosme politique ivoirien faisait état du choix que Bédié aurait porté sur son ex-ministre de l’economie et poulain, Gnamien N’Goran, pour briguer la présidentielle ivoirienne au titre du PDCI. S’il est vrai, au dire de sources crédibles proches de Bédié, que le président du PDCI verrait bien l’actuel inspecteur général d’etat lui succéder à la tête du PDCI, il est moins vrai que Gnamien N’Goran soit le choix de Bédié pour 2020. «Ce n’est pas lui. D’ailleurs Gnamien N’Goran sera très âgé en 2020. Il aura 71 ans. Et puis, Bédié et Ouattara se sont mis d’accord pour que ce soit un jeune qu’ils positionnent en 2020 », soutient un proche de Charles Gomis, l’ambassadeur de Côte d’ivoire en france.

Avant de révéler l’identité du choix de Bédié, objet du deal de Daoukro. « Il s’agit de Thierry Tanoh. Il aura 58 ans en 2020. Il sera encore jeune. C’est un protégé de longue date de Bédié. Il est aussi proche de Ouattara », précise notre source. L’actuel ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, un intime d’Alassane Ouattara, est le beau-père de Thierry Tanoh qui a épousé l’une de ses filles. La soeur cadette de l’épouse du ministre Jean-Louis Billon. « C’est pour le préparer à la gestion des affaires publiques qu’il a été nommé récemment (le 12 septembre 2014, ndlr) Secrétaire général adjoint de la présidence par Ouattara. Il est même prévu que Thierry Tanoh soit le futur Premier ministre avant 2020 », révèle encore ce proche de Charles Gomis.
Ancien vice-président de Société financière internationale (SFI) et Directeur général limogé d’Ecobank, Thierry Tanoh est né le 21 avril 1962 à Nogent Sur Marne (France). Il est de dix ans l’ainé de Guillaume Soro Kigbafori et de trois ans celui de Hamed Bakayoko, deux cadres du RDR et hommes d’Alassane Ouattara à qui des sources crédibles prêtent des ambitions présidentielles pour 2020. Le deal de Daoukro ne fera pas que des mécontents au PDCI. Autour de Ouattara, cet accord secret est une « mise à mort » pour ceux qui songent à un destin national dans les 5 à 10 ans.
Didier Dépry
Source: Notre Voie n° 4822

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment