11162018Headline:

Yamoussoukro: Le maire Gnrangbé à réagit, après les graves accusations contre lui “Je suis coutumier des sorties du gouverneur Augustin Thiam et j’ai toujours choisi le silence du mépris”.

Droit de réponse

(…)

(Augustin salit le nom d’Houphouët et des Thiam).

Je suis coutumier des sorties du gouverneur Augustin Thiam et j’ai toujours choisi le silence du mépris. J’ai voulu cette fois me faire violence, à la demande des populations de Yamoussoukro outrées par la violence et la méchanceté des mensonges débités par Augustin Thiam.

Sur les résultats des élections municipales
Suite à leur recours, il appartient à la Chambre administrative de la Cour suprême de dire le droit pour vider le contentieux. Je me contenterais de dire que la liste Pdci-Rda a étalé celle du Rhdp dans tous les quartiers et villages (y compris à N’Gattakro chez Kouamé Loukou Léon, tête de liste). Hasard ou coïncidence, c’est seulement à Dioulakro que le Rhdp a battu le Pdci. Après avoir fait croire à leurs mandants qu’avec de l’argent ils pouvaient nous battre, ils dissimulent leur honte derrière l’argument facile et fallacieux de la tricherie.

Sur ses nominations comme Ambassadeur
Pourquoi me vise-t-il ? Si j’avais le pouvoir de faire nommer des personnes, la charité bien ordonnée aurait bien commencé par moi-même. En dehors du poste de maire acquis grâce à mes victoires aux élections en 2001, 2013 et 2018, je n’ai jamais été nommé Dg, Pca…car je dérange.
Que mon ami Augustin Thiam s’en prenne à lui-même de ses rapports houleux et tumultueux avec les cadres. La suffisance et le mépris qu’il a envers son prochain, la propension à vouloir commander et dominer tout le monde. Qu’il s’en prenne à lui-même.

Thiam et le canton Akouè
Augustin Thiam aime bien se prévaloir héritier de Félix Houphouët-Boigny. Nous savons tous que de son vivant, le président Houphouët-Boigny, il avait dit dans un livre de Chénier, Yamoussoukro cœur de la Côte d’Ivoire, que les enfants du ministre Amadou Thiam étaient ses héritiers, Soit ! Cependant, aujourd’hui, certaines personnes ne comprennent pas les contradictions de Thiam Augustin. Quel est le plus grand héritage légué par Houphouët ? C’est le Pdci-Rda. D’où vient-il que Thiam Augustin, si fier de se réclamer héritier de Félix Houphouët-Boigny, est Rdr et non Pdci ? Ensuite, le canton Akouè est au moins Pdci à 99%. Comment concilier les choix du chef canton Rdr et ceux de sa base Pdci ? Cela suscite des interrogations qui ne semblent pas préoccuper Augustin Thiam, guidé plus par son ventre que par la raison. Du reste, la loi qui régit les chefs traditionnels et les cantons interdit à nos Nanans de faire la politique. Ils ont un devoir de réserve, mais au cours de la campagne dernière, nanan Augustin Thiam a été le porte-parole du directeur de campagne du candidat de Rhdp, foulant ainsi aux pieds la loi de la République.
Par ailleurs, dans la plupart de nos villages, les populations ne s’accordent pas sur la désignation du chef de sorte qu’il y a dans plusieurs villages un bicéphalisme au niveau de la chefferie. Que fait Augustin Thiam qui se prévaut chef de canton devant cette situation ? Il entretient cette division en versant un salaire mensuel à certains et en méprisant d’autres. Quel chef de canton (?!)
Dans un autre chapitre, pourquoi est-il de tous les enfants Thiam, le seul à s’accrocher à Yamoussoukro ? Parce qu’il a échoué lamentablement dans sa vie professionnelle et était à la rue, (…). Augustin Thiam salit le nom d’Houphouët et de son père Amadou Thiam. S’il est heureux de se réclamer d’eux, est il sûr d’avoir fait leur fierté ? Il aime se vanter d’être leur descendant. Qu’a-t-il apporté à la lignée ? Quel est son mérite personnel en dehors d’une nomination qui lui a conféré le titre de gouverneur, avec lequel il veut commander voire vassaliser tout le monde à Yamoussoukro. Il manque de modestie, de modération pour être à l’écoute. Sa suffisance et sa vanité ne supportent pas la contradiction et la patience. Il me juge sans me connaître. Certes, je ne suis pas né comme lui avec une cuillère en or dans la bouche, mais cela n’a pas été un handicap insurmontable. Enfant de famille modeste, j’ai réussi à devenir, à force de travail et grâce à mon intelligence, Docteur ingénieur en informatique de l’Université Paris Dauphine en France. Au plan professionnel, j’ai été enseignant chercheur, à l’Inset où j’ai occupé successivement les fonctions de directeur de l’Institut supérieur d’informatique (Isi),de l’École supérieure des ingénieurs informaticiens (Es2i), directeur de l’École d’ingénieurs (Esi), puis directeur général adjoint (Dga) de l’Inp-Hb chargé de la recherche et de la pédagogie. Je suis maître assistant de l’Enseignement supérieur. Au cours de ma carrière, j’ai formé des techniciens supérieurs et des ingénieurs en informatique et en électronique, qui font la fierté des entreprises, des administrations ivoiriennes et d’ailleurs. … où est-ce que Thiam a laissé ses traces professionnelles en Côte d’Ivoire ? Dans quel hôpital a-t-il exercé en sa qualité de docteur en médecine (?) comme il se réclame.

Mon militantisme Pdci.
En mettant en doute mon militantisme au Pdci, Augustin Thiam s’est disqualifié à jamais aux yeux de tous ceux qui ont vécu les années de braise du retour au multipartisme. Au moment où la Fesci et le Synares assénaient des coups de boutoirs à la citadelle du Pdci, sait-il que sous ma houlette, des enseignants des grandes écoles de Côte d’Ivoire ont offert leurs poitrines pour constituer un bouclier autour de Félix Houphouët-Boigny ? Où était Augustin pendant ces années de braises ? Mon père n’était pas membre fondateur du parti en 1946 ou grand animateur du Pdci. La différence entre lui et moi est simple : il est héritier du combat ou des actions de ses parents. Il est donc fils de ! Moi, j’ai porté le bleu de chauffe, je n’ai pas porté un nom comme carte de visite. J’ai donné la fierté à mes parents par mon mérite. J’ai combattu le bon combat pour défendre le président Houphouët-Boigny confronté à une opposition virulente et lui permettre de jouir de l’héritage que nous avons su préserver.
Aujourd’hui encore, je suis resté fidèle, loyal au Pdci-Rda au moment où certains comme Augustin Thiam, nourris aux mamelles du Pdci-Rda, à cause de l’argent, renient le parti d’Houphouët-Boigny. Je suis à Yamoussoukro, je défends l’héritage politique de notre grand-père. Je combattrai tous ceux qui veulent effacer l’œuvre politique d’Houphouët-Boigny.

Le plus grand diviseur commun
La liste Rhdp aux municipales 2018 compte dans ses rangs deux personnes qui résument l’état d’esprit de Thiam Augustin : diviser pour mieux régner. Quitte à se renier ou à se contredire. En effet, Kouamé Loukou Léon et Koffi Octave étaient bien en poste au district avant son arrivée comme vice-gouverneurs. Il les a vidés proprement pour incompétence. Loukou Léon qu’il n’a pas jugé capable de continuer à être vice-gouverneur est subitement proposé pour être maire. Tous les militants du Pdci cooptés sur les listes Rhdp devaient servir le dessein avoué de Thiam Augustin : diviser pour mieux régner, casser le Pdci à Yamoussoukro fief natal d’Houphouët. À travers moi, c’est le Pdci qu’il vise. Je l’irrite gravement parce que je refuse de me coucher à ses pieds. Il sait qu’il ne peut pas acheter ma dignité, mon honneur et ma liberté comme il le réussit facilement avec certains de mes frères.
(…) aidez Yamoussoukro à se développer en évitant de donner la parole à ceux qui ne savent pas unir, réunir ou réconcilier mais excellents dans l’art de diviser, d’insulter et de s’en réjouir. Les cadres de Yamoussoukro ont besoin de sérénité pour réfléchir sur ce qu’ils peuvent apporter au développement de leur village.
Le district et la mairie sont complémentaires. Le district reçoit un budget d’environ sept (7) milliards par an de l’État, la mairie reçoit une subvention d’environ un (1) milliard cinq cents (500) millions par an de l’État. Ensemble, les deux (2) structures peuvent apporter un mieux-être à nos populations. La mairie a pu offrir dans les villages et dans les quartiers de la cité, 72 salles de classe dans les écoles, 7 dispensaires, 5 maternités, des logements de maîtres, des logements d’infirmiers… Le district peut en faire beaucoup plus au grand bonheur de nos parents.
Mettons-nous ensemble !

Kouacou Gnrangbé Kouadio Jean
Docteur en Informatique
Maître-Assistant

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment