10202019Headline:

Yamoussoukro/ Transfert effectif de la capitale politique : un échec pour Ouattara

Le Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara est revenu sur sa promesse faite lors de la campagne présidentielle en 2010 à Yamoussoukro. Selon cette promesse, la Capitale politique de la Côte d’Ivoire, devrait porter le nom qu’elle mérite. Et pour cela, il a promis s’installer, dès son élection et procéder au transfert effectif de la capitale. Mais des contraintes vont s’imposer à sa ferme volonté d’honorer cet engagement.

“Lors de la campagne présidentielle en 2010, j’avais pris l’engagement de m’installer, dès mon élection, ici, à Yamoussoukro et de procéder au transfert effectif de la capitale.
Malheureusement, l’état de délabrement dans lequel nous avons trouvé le pays ne nous a pas permis d’honorer cet engagement. Je voudrais m’en excuser. Nous avons dû faire face à des urgences de tous ordres, sur toute l’étendue du territoire”. Se justifie-t-il

Nous tenons à rappeler que le président ivoirien, avait accordé, le 06 août dernier, une interview à la RTI, à l’occasion de la célébration de la Fête Nationale de la Côte d’Ivoire. Au cours de cet entretien, il a laissé planer le doute sur une future candidature.

“Je suis confiant quant aux élections de 2020. J’entends beaucoup d’inquiétudes à ce sujet. Je peux vous dire que 2020 se passera bien, même très bien (..) Je vous en donne l’assurance. Si 2015 s’est bien passé pourquoi 2020 ne le serait pas ? Je fais confiance aux Ivoiriens, je fais confiance en nos institutions”, a-t-il lancé lors d’une cérémonie de vœux du Nouvel An.

“Je tiens à la stabilité de notre pays, à la paix en Côte d’Ivoire et vous pouvez me faire confiance : nul ne sera en mesure de troubler cette paix tant que je serai à la tête de la Côte d’Ivoire”.  a-t-il déclaré

De nombreux Ivoiriens, mais aussi de nombreux observateurs, craignent des troubles pour la présidentielle de 2020 qui est déjà dans toutes les têtes. Le président Ouattara n’a normalement pas le droit de se représenter après deux mandats et la coalition présidentielle composée essentiellement de son parti et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié a explosé cette année. Notons également, l’alliance ressente Pdci-Fpi de l’ex-Président Ivoirien Laurent Gbagbo.

Abidjantv

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment