12162017Headline:

9 militaires arrêtés après un coup d’État déjoué au Niger

preaident niger

Neuf officiers de l’armée nigérienne ont été arrêtés en début de semaine après un coup d’État déjoué, a annoncé samedi le ministre de l’Intérieur, Hassoumi Massaoudou.

« Neuf officiers identifiés comme étant responsables du coup de force projeté, sont aux arrêts », et « seront traduits devant un tribunal militaire », a affirmé M. Massaoudou lors d’une conférence de presse à Niamey.

Ces militaires ont « projeté de faire leur action le vendredi 18 décembre au retour » à Niamey du président Mahamadou Issoufou des festivités du 57e anniversaire de la République, qui se sont déroulées à Maradi dans le centre du pays, a expliqué M. Massaoudou.

« L’enquête vient de commencer et est confiée à la gendarmerie dans le cadre d’une procédure devant le tribunal militaire et le procès aura lieu », a-t-il martelé.

« Suivis depuis près d’un mois »

Selon le ministre, les putschistes présumés étaient « suivis depuis près d’un mois » et le coup de force a été « conjuré grâce à la loyauté » de certains militaires « qui rendaient régulièrement compte de la progression du projet ».

« Nous avons suffisamment de preuves », notamment des « échanges de SMS et de correspondances entre eux », a précisé le ministre, qui « ne note » pour « le moment aucune complicité » ou « implication de civils » dans le projet.

Parmi les personnes arrêtées, il a cité le général Souleymane Salou, 62 ans, ancien chef d’état-major, le colonel Idi Abdou Dan Haoua, commandant de la base aérienne de Niamey, et le commandant Naré Maidoka, chef du 1er Bataillon d’Artillerie de Tillabéri, une ville située à une centaine de kilomètres à l’ouest du pays et proche de la frontière avec le Mali.

Parmi les officiers arrêtés figurent également Issoufou Oumarou, le commandant d’une force spéciale de lutte antiterroriste logée à la présidence, et le capitaine Amadou Chékaraou, autre responsable d’une unité d’élite antiterroriste basée au nord de la capitale.

Par ailleurs, un sous-lieutenant, « en fuite… s’est rendu de lui-même aux gendarmes », a ajouté M. Massaoudou.

Les réseaux sociaux et la presse locale avaient évoqué lundi des arrestations de militaires.

« On a les plus grandes réserves », le président « ne nous a donné aucune preuve. Nous sommes dans l’incertitude », a affirmé à l’AFP l’opposant et candidat à la présidentielle de février, Amadou Boubacar Cissé.

Une élection présidentielle est prévue le 21 février. Elu en 2011, M. Issoufou brigue un second mandat.

.jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment