10052022Headline:

À la Une: l’affaire Astou Sokhna au Sénégal

Fanny Bleichner

C’est le nom de cette femme décédée début avril. Enceinte de neuf mois, elle est morte dans un hôpital public de la ville de Louga, dans le nord du Sénégal. L’affaire a fait grand bruit et le ministre de la Santé a parlé de « décès évitable ».

Hier nouvel épisode dans ce dossier : six sages-femmes soupçonnées de négligence ont été inculpées. Quatre d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt pour non-assistance à personne en danger. « Cette fois-ci, les mesures ne sont pas cosmétiques » assure Le Quotidien, qui y voit une « hausse de la température ».

« Dans cette affaire, il n’y a pas encore eu d’autopsie. Ce qui laisse peu de doute sur la précipitation dont les autorités auraient fait montre pour trouver un os à mettre sous la dent d’une population catastrophée » avance Dakaractu, qui donne la parole aux personnels de santé. Ils seront en grève aujourd’hui et pour trois jours. L’annonce a été faite hier à l’occasion d’une conférence de presse, lors de laquelle les travailleurs de l’hôpital régional de Louga ont dénoncé une maternité qui n’est pas aux normes, appelant à la mobilisation pour une structure et un personnel adaptés. « Ces emprisonnements ne soignent pas la plaie, et il faut plutôt crever l’abcès », conclut l’article de Dakaractu.

Tandis qu’un billet sur SenePlus intitulé « Autopsie d’un système de santé sur la sellette » s’interroge sur la place de l’éthique. « Il semble établi que relever le défi du nombre et de la qualité́ du matériel, des infrastructures et équilibrer les comptes garantiraient aux malades une bonne prise en charge sanitaire », peut-on y lire en préambule avant la réflexion suivante : « La hantise à renouer avec la performance dans la gestion financière, afin de garantir la qualité́ des soins, a comme corrélat une atonie éthique ». Les six sages-femmes doivent être jugées le 27 avril devant le tribunal de grande instance de Louga.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles