06272022Headline:

À la Une: le ton monte entre la RDC et le Rwanda

« La tension actuelle entre la République démocratique du Congo et le Rwanda inquiète au plus haut point la communauté internationale, particulièrement l’Union africaine, relève Le Nouvel Observateur à Kinshasa. Dans une déclaration hier, le président en exercice de l’Union, Macky Sall, s’est dit “gravement préoccupé” et a lancé “un appel au calme”. Le président sénégalais a demandé aux deux parties de faire taire les armes sur le terrain, en attendant l’ouverture des négociations directes entre Kigali et Kinshasa. »

Depuis près d’une semaine maintenant, « de violents combats font rage à Rutshuru dans le Nord-Kivu entre les FARDC, l’armée congolaise, et les rebelles du M23 », pointe Politico. Le M23 qui serait soutenu par le Rwanda. Ce « groupe criminel, s’insurge le site congolais, bénéficiant de l’appui sans équivoques de certains acteurs régionaux, a décidé de s’attaquer aux Forces de Défense et de Sécurité dans des positions qu’elle occupe dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Cette force négative, née de la manipulation, a rencontré l’engagement farouche et infaillible des FARDC à défendre chaque centimètre carré du territoire national (…). »

Kinshasa certaine de l’implication des Rwandais

« La tension est encore montée d’un cran lorsque les autorités congolaises ont annoncé ce week-end avoir capturé deux soldats rwandais sur le sol congolais, près de Bihumba… à plus de 20 kilomètres de la frontière rwandaise. » C’est ce que pointe le site spécialisé sur la RDC, Afrikarabia. « La présence de forces rwandaises en RDC n’est pas une nouveauté pour les habitants de la zone, relève le site. Régulièrement, les incursions de Kigali au Nord-Kivu sont dénoncées par la société civile, l’opposition politique et les mouvements citoyens. Mais cette fois, Kinshasa a décidé de hausser le ton. Acculés par les coups de boutoir du M23 qui ont menacé Goma, et face à la colère des Congolais, les autorités congolaises ont, pour la première fois, accusé officiellement le Rwanda de soutenir la rébellion. Des uniformes de l’armée rwandaise, et des armes ont en effet été retrouvées sur le terrain. Des preuves irréfutables pour Kinshasa. »

Une aide extérieure ?

Et Afrikarabia de s’interroger : « sortir ses griffes sur le plan diplomatique peut-il être efficace sur le plan sécuritaire ? Pour le moment, l’armée congolaise peine toujours à mettre un coup d’arrêt aux agissements des groupes armés. Alors, Kinshasa espère une aide extérieure. Sa condamnation très sévère de Kigali commence à porter timidement ses fruits sur la scène internationale. La commission des affaires étrangères du Sénat américain a demandé des comptes à Kigali, et Paul Kagame sera sans doute très sensible à toute évolution de la position américaine sur le Rwanda. Ensuite, Félix Tshisekedi compte sur la Communauté d’Afrique de l’Est pour mettre en place une force militaire offensive contre les groupes armés. Il faudra voir quels seront les pays qui voudront bien y participer. Mais une chose est sûre, conclut Afrikarabia : après les accusations de Kinshasa contre le Rwanda, les pays de la région seront bien obligés de se positionner. C’est du moins ce qu’espère Félix Tshisekedi, qui reste toujours im

puissant à résoudre la crise sécuritaire à l’Est depuis son arrivée au pouvoir. »

L’opposition congolaise à l’offensive

Et sur le plan intérieur, l’opposition congolaise fait monter la pression sur le chef de l’État.

« À quelques mois seulement de la présidentielle, cette tension entre la RDC et le Rwanda n’est pas une bonne nouvelle, relève Le Pays au Burkina Faso. Car, ses adversaires pourraient s’en servir pour lui tailler des croupières sur le terrain politique. Et le FCC vient de donner déjà le tempo. » En effet, pour le parti de l’ex-président, Joseph Kabila, « ce qui arrive à la RDC n’est ni plus ni moins que la “triste conséquence” des accords militaires et économiques que Tshisekedi a signés avec ses homologues rwandais, ougandais et kényans. Cela dit, estime Le Pays, il faudra tout faire pour éviter à tout prix une guerre entre la RDC et le Rwanda. Car cela pourrait contribuer à déstabiliser toute la région des Grands lacs. »

Comments

comments

What Next?

Recent Articles