12052016Headline:

Afrique du Sud: Des ivoiriens sont parmis des victimes de violences raciales

viol
archive photo
 Afrique du Sud, Ally Coulibaly annonce des ivoiriens parmi les victimes
Des ivoiriens sont aux nombres desvictimes  des raciales déclenchées depuis près de trois semaines en Afrique du Sud.
Le ministre ivoirien de l’intégration Africaine et des ivoiriens de l’Extérieur,Ally Coulibaly  a fait cette annonce ce mardi à Abidjan à l’occasion d’une conférence de lancement du Forum de la diaspora ivoirienne qui se tiendra du 7 au 8 mai prochain à Abidjan, capitale économique ivoirienne.
“Certains de nos ressortissants ont étévictimes  des perpétrées dans ce pays. Bien évidemment nous attendons un rapport circonstanciel complet sur la situation de nos compatriotes en Afrique du Sud. Ce que je puis dire cette situation nous intéresse au plus haut point,” a déclaré, Ally Coulibaly.
Selon lui, il n’est pas exclu que le président de la république responsable de chacun et chacune des ivoiriens qui soient sur le territoire ivoirien ou à l’extérieur réagisse face à cette situation.
“Souvenez vous lorsqu’en pleine guerre en république centrafricaine nous avions été saisis des difficultés de nos compatriotes, le chef de l’Etat a immédiatement réagi. Des avions ont été affrétés pour ramener au pays nos frères et nos soeurs qui étaient en danger en république centrafricaine,” a-t-il rappelé.
Ce premier forum de la diaspora ivoirienne a pour objectif de prendre en compte les préoccupations de la diaspora ivoirienne pour l’élaboration de la future politique nationale de gestion des ivoiriens de l’extérieur.
C’est pourquoi, le ministre ivoirien en charge de l’intégration Africaine et des ivoiriens à l’extérieur a ajouté que la représentation diplomatique de son pays à Tripolie est actuellement en train de recenser les ivoiriens vivants en Libye.
“La Libye qui est un chaos est l’un des pays de transit de l’immigration clandestine. Nous sommes en train de recenser les ivoiriens qui souhaitent rentrer. On nous dit qu’il y a environ 2000 ivoiriens. Nous ne pouvons pas obliger les ivoiriens à l’extérieur de retourner dans leur pays. Nous sommes tenus de ne faire débarquer que ceux qui le désirent véritablement en raison avec les organismes internationaux,” a-t-il averti.
Des responsables de l’OCDE en France disposant de toutes les dernières statistiques concernant la diaspora dans le monde ont été invités à ce premier forum.
En attendant des statistiques fiables sur son pays,Ally Coulibaly estime qu’il y a 1,2 million d’ivoiriens vivant à l’extérieur.
“Ces chiffres sont assez parlant, assez précis et vont avoisiner ceux que nous avons déjà. Ça peut être plus, on ne sait jamais. J’imagine qu’il y a beaucoup d’ivoiriens qui ne se sont jamais déclarés. Beaucoup de nos compatriotes certainement faute de papiers ne se déclarent pas et préfèrent gagner leur vie dans la clandestinité, ” a-t-il mentionné.
Le forum débattra du rôle que les ambassades et consulats ivoiriens doivent désormais jouer pour créer, une véritable confiance avec les communautés vivants à l’extérieur.
Le sujet relatif aux transferts effectués par les ivoiriens à l’étranger a été évoqué au cours de cette conférence de lancement officiel.
Le ministre a reconnu qu’ils sont très importants et se chiffrent à 209 milliards de FCFA par an, mais constituent pas une vraie épargne.
“Généralement, ce sont des transferts pour soutenir des membres de la famille restés sur place. Mais cela ne constituent pas une vraie épargne orientée vers des projets productifs,” a déploré Ally Coulibaly.
Selon lui, l’un des objectifs de ce forum est de voir quel mécanisme peut être mis sur place pour capter cette épargne et faire en sorte qu’elle puisse s’ investir dans des projets pourvoyeurs d’emplois.
Wassimagnon, Abidjan
koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment