09302022Headline:

Afrique du Sud: fusillades meurtrières à Soweto et Pietermaritzburg

L’Afrique du Sud endeuillée par deux tueries dans des bars de quartiers populaires, dans la nuit de samedi à ce dimanche 10 juillet. Quinze personnes sont mortes et neuf personnes blessées dans une taverne de Soweto, township du sud-ouest de Johannesburg dans cette tuerie dont les circonstances restent floues. Une autre tuerie a également eu lieu dans une taverne de Pietermaritzburg, près de Durban, dans l’est du pays. Quatre personnes ont été tuées et huit personnes blessées.

Dans un pays pourtant habitué à la violence, la colère gronde de plus en plus contre le ministère de la police, accusé d’être impuissant face à la circulation des armes à feu illégales et à une insécurité galopante. Ces tueries devraient laisser des traces.

Il est autour de minuit, samedi soir, quand un groupe d’hommes débarque en mini-bus, armés de fusils et de pistolets et commence à tirer sur les clients d’une taverne de Soweto. Même mode opératoire dans une taverne de Pietermaritzburg où deux hommes débarquent en voiture vers 20H30 et tirent sur la foule.

Ces drames font écho à la mort mystérieuse et sans blessure apparente de 21 jeunes, il y a seulement deux semaines, dans une taverne d’East London sur la côte Est.

La succession de ces affaires, bien que différentes, accroit la pression sur le ministre de la police. « Taisez-vous », a-t-il crié sur un représentant de la société civile qui le prenait à partie cette semaine. Le militant se disait exaspéré par l’inaction du ministre pendant que les gens se font massacrer dans la rue.

Les trois premiers mois de 2022 ont été particulièrement violents en Afrique du Sud. Le nombre de meurtres a augmenté de 22 % par rapport à 2021.

Je suis très, très en colère. Le ministre de la police et le président sont venus ici l’année dernière. On leur parlé de la criminalité dans le quartier et ils nous ont promis d’arranger les choses. Mais on n’a encore rien vu ! Même la police ne patrouille pas ici. Soit ils s’en fichent de nous, soit ils ont peur.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles