11282022Headline:

Bamako – Niamey: le Niger suspend le transit des produits pétroliers vers le Mali

Dans un communiqué subtilement apparu sur les réseaux sociaux, et datant du mercredi 21 septembre 2022, le Niger a annoncé la suspension des autorisations de transit de produits pétroliers sur le Mali.

Il s’agit d’un communiqué de Harouna Abdallahdu, directeur général des Douanes du Niger. Selon le communiqué, exceptés les produits pétroliers destinés à la MINUSMA (Force onusienne de lutte pour la stabilité du Mali), les autorisations de transit de produits pétroliers sur le Mali sont désormais suspendues.

« J’ai l’honneur de porter à votre connaissance, la suspension de la délivrance des autorisations de transit de produits pétroliers sur le Mali non destinés à la MINUSMA accordées aux usagers », informe le communiqué de Harouna Abdallahdu. En outre, poursuit le communiqué, « l’utilisation des autorisations déjà délivrées pour accomplir les formalités de transit de produits pétroliers non destinés à la MINUSMA est suspendue ».

Le patron des Douanes du Niger a, à cet effet, ordonné au Directeur des Enquêtes, du Renseignement, de l’Analyse des Risques et du Contentieux (DERAC), les Directeurs Régionaux des Douanes, le Chef de bureau de Torodi, le Chef de bureau d’Ayorou, le Chef de bureau de Gaya, tous les Commandants des Brigade d’Intervention et de Recherches de veiller à l’exécution de la présente mesure.

Mesure de représailles?

L’apparition de ce communiqué daté du mercredi 21 septembre, sur les réseaux sociaux, intervient dans un contexte de tension diplomatique entre Bamako et Niamey, notamment, après que le Premier ministre du Mali, le colonel Abdoulaye Maiga a traité le dirigeant nigérien Mohamed Bazoum d’un « étranger qui se réclame du Niger », dans son discours prononcé à l’ONU, le samedi 24 septembre 2022Ces propos avaient suscité une vive réaction de Niamey qui a vivement protesté auprès de l’ambassadeur malien au Niger.

Si la décision du Niger, sonne comme une mesure de représailles eu égard du contexte tendu entre les deux pays, certaines sources bien renseignées, estiment que c’est une mesure économique qui a été entérinée pour lutter contre la fraude à l’export vers le Mali.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles