12152018Headline:

Boycott de produits coûteux, le Maroc montre le chemin.

Par son boycott de produits étrangers, le Maroc, du moins ses habitants, vient de montrer l’exemple à suivre aux populations de Côte d’Ivoire et du Cameroun, des pays où les prix de produits de grande consommation dans les supermarchés restent à des prix très élevés.
Les prix de produits importés d’Europe en Côte d’Ivoire et au Cameroun sont si couteux que même les classes moyennes de ces pays s’en détournent. Le Maroc qui faisait face à la même injustice a vu sa population régler le problème à sa façon par un boycott de produits laitiers, un mouvement suivi qui a lourdement touché la marque française Danone.

Comme relayé par Le Monde, Danone a vu son chiffre d’affaires baisser de 40% au pays du Roi Mohammed VI après que des internautes aient lancé un mouvement de Boycott depuis Facebook.

Résultat, Danone l’a bien senti passer puisque son chiffre d’affaire dans le pays a chuté, ce qui a obligé son PDG, M. Emmanuel Faber à procéder à une baisse des prix.

Il faut savoir qu’au Maroc, le prix du pack de lait de 470 ml coutait 3,50 dirhams, soit 0,32 euro (210 FCFA). Il a été réduit à 3,20 dirhams, soit à 0,29 euro (190,23 FCFA) après ce mouvement.

Le PDG de cette société a confié en conférence de presse que Danone qui se veut « à l’écoute des consommateurs », a décidé de renoncer à ses marges sur le produit. L’entrepris envisage même de lancer un format de 470 ml de lait écrémé qui sera vendu à seulement 2,50 dirhams, soit 149,65 FCFA.

Malgré ses pertes, l’entreprise française a annoncé qu’elle ne quitterait pas le Maroc.

Boycott de produits de Danone, ce qui a déclenché le mouvement
Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est que Danone avait décidé en mai dernier de se séparer de 886 travailleurs intérimaires et de réduire de 30 % son approvisionnement en lait auprès d’environ 120 000 éleveurs locaux sous contrat.

Ce mouvement qui a échappé au contrôle des autorités marocaines a produit un effet qui pourrait encourager les habitants de la Côte d’Ivoire ou du Cameroun à faire de même.

Dans ces pays, les populations souffrent également de régulières envolées des prix de produits importés, malgré un salaire minimum interprofessionnel (Smig) qui tourne autour de 40 000 F CFA pour le Cameroun et 60 000 pour la Côte d’Ivoire.

Cette efficace façon de défendre ses intérêts de la population marocaine touche aussi les stations-service Afriquia ainsi que l’eau minérale Sidi Ali.

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment