09212017Headline:

Burkina : «Annulés» et non «levés», ce que dit Me Bénéwendé Sankara des mandats d’arrêts /Soro-Compaoré

soro-compaore

Burkina Faso: «Annulés» et non «levés», les mandats d’arrêts pourraient être renouvelés, selon Me Bénéwendé Sankara

–Les mandats d’arrêts contre plusieurs personnalités, dont le président de l’assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro  et le président déchu Blaise Compaoré, annulés jeudi par la Cour de cassation pour ‘’vice de forme’’ pourraient être renouvelés, selon Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille du président Thomas Sankara.

‘’Il faut que l’opinion publique et le peuple se rassurent que cela (l’annulation des mandats, ndlr) n’entache en rien la reprise éventuelle des mêmes actes. Seulement, il est à déplorer qu’on ait eu tout le temps de trainer avant que tous ces actes ne soient annulés pour être repris conformément aux textes’’, a réagi l’avocat de la famille du président Thomas Sankara, assassiné lors du coup d’Etat qui porta au pouvoir Blaise Compaoré.

‘‘C’est une procédure qui peut être reprise et des mandats peuvent être encore rattrapés par une mise en examen, sinon par un acte d’instruction’’, allant dans le sens de l’inculpation des personnes visées, a-t-il soutenu.

‘’Le mandat d’arrêt étant un acte d’instruction, cela n’entache en rien le fond du dossier. Il s’agit de régulariser et nous voudrons croire aux propos tenu par la justice et nous les tiendrons pour responsable au cas où on voudrait tromper l’opinion, tromper le peuple’’ a-t-il insisté.

La cour de cassation a annulé jeudi 17 mandats d’arrêts internationaux dont ceux deGuillaume Soro  et Fatou Diendéré, épouse du Général Gilbert Diendéré, dans l’affaire du putsch manqué et du président déchu Blaise Compaoré, réfugié depuis l’insurrection populaire en Côte d’ivoire où il a obtenu la nationalité ivoirienne, dans le cadre de l’assassinat de Thomas Sankara.

Selon Me Bénéwenda Sankara, ‘’le parquet étant également partie à part entière au procès, n’avait pas eu l’occasion de faire des réquisitions avant que ces mandats ne soient émis. Si c’est ce motif qui a été allégué, c’est de bon droit que la Cour de cassation qui a été saisi par le procureur général puisse procéder à une purge des nullités de procédure’’.

‘’La loi pénale étant l’interprétation stricte des textes, la Cour de cassation est dans son bon droit de veiller à ce que chaque acteur, qui a un rôle à jouer dans la procédure, si la loi dit qu’il faut le consulter ou se référer à lui par rapport à tel ou tel acte, il faut le faire’’, a pour sa part commenté le secrétaire général du syndicat des avocats, Batié Benao.

Pour lui, ‘’ce sont des violations à ne pas faire surtout qu’elles ne sont pas nécessaires car n’empêchant pas le juge de poser les actes qu’il entend poser pour parvenir au résultat escompté’’.

Boa, Ouagadougou

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment