10182017Headline:

Breaking news: Roch Marc Christian Kaboré élu président du Burkina dès le premier tour, avec 53, 49%

kabore president burkina

Le candidat du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP)Roch Marc Christian Kaboré a remporté l’élection présidentielle tenue le 29 novembre au Burkina avec plus de 53% des voix, selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) comme relevé sur place par KOACI.

Le président du MPP,Roch Marc Christian Kaboré qui se présentait pour la première à une présidentielle, après sa démission de l’ex parti au pouvoir suivi de la création de son parti en janvier 2014, a été élu dès le premier tour avec 53,49 % des suffrages soit 1.668.169 voix.

‘’Je vous invite à vous mettre très rapidement au travail’’ a indiqué dans une première déclaration le président élu Roch Kaboré, témoignant sa gratitude  aux militants pour la confiance placée en lui et se réjouissant par ailleurs de la démarche des autres concurrents qui comptent venir le féliciter.

Il a également promis se souvenir des martyrs et dit vouloir entamer le travail pour le développement du pays.

M. Kaboré est arrivé en tête dans la quasi totalité des provinces, concédant seulement quelques unes à son principal challenger, le président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) Zéphirin Diabré qui a obtenu 29,65% des votes soit 924.811 voix.

Peu avant la proclamation, M. Diabré avait indiqué, sur son compte twitter ”prendre acte des résultats provisoires, ”félicitant”Roch Marc Christian Kaboré ”nouveau président du Faso”.

“C’est la démocratie qui a triomphé, on se battra davantage lors des élections pour qu’il y ai changement’’ a lancé Zéphirin Diabré à ses militants réunis devant le siège du parti.

Poursuivant cette initiative, il s’est rendu au QG duMPPpour présenter ses félicitations au vainqueur Roch marc Christian Kaboré (voir photo 2).

Arrive en troisième position le candidat du Parti pour la renaissance  (PAREN) Tahirou Barry qui supplante, avec près de 3,09 %, le candidat sankariste Me Bénéwendé Sankara qui prenait pour la troisième fois à une présidentielle, classé quatrième avec u 2,77%.

Les 11 autres candidats (sur 14) dont deux femmes ont des scores d’à peine 1% voire moins pour bon nombre.

Selon la Ceni, tous ces résultats ont été compilés dans “368 communes” désignant en réalité les 368 centres de compilation de la CENI repartis sur l’ensemble du territoire national dont 12 à Ouagadougou et 7 à Bobo Dioulasso.

Initialement prévues le 11 octobre, ces élections avaient été reportées au 29 novembre suite au putsch manqué de l’ex régiment de sécurité présidentielle.

Elles ont été jugées crédibles et transparentes par de nombreux observateurs qui ont appelé au respect du verdict des urnes. pour la CenSAD, les élections au Burkina se sont déroulées selon les ”standards internationaux”.

Le taux de participation à ces élections, présentées comme les plus ouvertes du pays, après la chute de Blaise Compaoré chassé par la rue, est excellente (sur 5,5 millions d’électeurs) selon la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Cette victoire dès le premier tour était très attendue, les militants duMPP  affichant leur sérénité pour une victoire par un ‘’coup KO’’ lors de la campagne électorale.

”Les burkinabé n’ont pas voté le changement mais le remplacement car ceux qui sont en position de remporter les élections sont issues de la galaxie Compaoré’’ a réagi l’un des candidats, l’écologiste Ram Ouédraogo.

Lui qui a obtenu moins de 1 % des suffrages dit ne pas regretter son score car il paye là son ‘’refus de la violence sous toutes ses forme et le radicalisme’’, rappelant que son ‘’soutien jusqu’au bout’’ du projet de référendum voulu par l’ex-majorité ‘’a été pour beaucoup dans (son) score’’.

Selon le code électorale, les candidats à la présidentielle disposent de 48 heures pour déposer d’éventuelles recours.
16.000 observateurs avaient été déployés sur le terrain pour garantir la transparence du scrutin.

Selon le Mouvement burkinabé des droits de l’Homme et du peuple ‘’malgré les dysfonctionnements, le scrutin s’est bien déroulé dans l’ensemble’’.

Il a appelé l’ensemble des partis politiques et candidats indépendants à se conformer aux résultats qui seront proclamés par la CENI ou, le cas échéant, à les contester en usant des voies offertes à cet effet.

‘’Il faut que les 13 autres candidats puissent reconnaitre et accepter la victoire du vainqueur parce que ce sera la volonté manifestée du peuple burkinabè’’ a également souhaité le général de division Yacouba Isaac Zida avant de la proclamation des résultats.

‘’S’élever contre cette volonté, c’est le pire des crimes qu’ils puissent commettre et je ne leur souhaite pas de tomber si bas’’ a-t-il averti.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a lui salué, ‘’la manière pacifique’’ dont ont été conduites les élections au Burkina Faso, cruciales pour le pays car mettant un terme à la transition, dont le processus a failli être interrompu par le putsch maqué du 16 septembre.

Lors de la campagne électorale M. Kaboré a dit vouloir veiller dès son élection à ce que la justice soit ‘’rendue pour les insurgés, pour ceux qui sont morts au combat pour la liberté et pour leur famille également. Des réparations seront faites et tous les dossiers de justice les plus importants qui sont en cours seront être traités’’.

Il s’agira également selon de veiller à ‘’relancer notre fonction publique et notre administration pour la mettre au service du peuple. Nous devons œuvrer à ce que la relance économique dans l’ensemble des secteurs économiques soit une réalité. Nous devons faire en sorte que le peuple burkinabè se réconcilie avec son histoire’’.

Le nouveau président compte faire adopter une nouvelle constitution dans les 6 mois suivants sa prise de fonction.

Boa, Ouagadougou

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment