01182022Headline:

Burkina Faso: un appel à manifester ce samedi

Malgré la suspension de l’Internet mobile et l’interdiction de manifester, l’opposition et une partie de la société civile ont maintenu vendredi leur appel à marcher ce samedi pour la paix et contre la politique sécuritaire du gouvernement.

Dans la nuit de jeudi, le président Roch Marc Christian Kaboré s’est adressé à la nation. Il a annoncé plusieurs mesures dont un remaniement ministériel et demandé aux Burkinabè plus de solidarité au nom de la cohésion sociale. Malgré ces paroles, certains ont annoncé vouloir braver l’interdiction de manifester.

Ce samedi, tout rassemblement dans les rues de Ouagadougou sera dispersé. Le maire de la ville a prévenu, dans un communiqué publié cette semaine, la police et la gendarmerie sont mobilisées pour empêcher une manifestation.

« Nous voulons juste dire que nous en avons marre » explique Henri Ouattara, du directoire du mouvement populaire Sauvons le Burkina Faso, membre du C27, la Coalition du 27 novembre. Et qu’on ne vienne pas leur reprocher de saper la cohésion sociale du pays. « Roch utilise cet argument comme un bouclier, poursuit Henri Ouattara, s’il est si attaché à la cohésion sociale, qu’il prenne lui-même des mesures fortes ».

Dans un communiqué publié vendredi, Eddie Komboigo apporte son soutien aux citoyens « qui luttent pour le rétablissement de la sécurité au Burkina ». Le chef de file de l’opposition invite même les policiers et gendarmes « à se tenir du côté du peuple, et à encadrer la manifestation avec professionnalisme. »

D’autres organisations de la société civile comme le Balai citoyen ne marcheront pas aujourd’hui. « Nous pensons que cela va rajouter de la crise à la crise », explique Smockey, son porte parole. Mais si le gouvernement ne redresse pas la barre, le mouvement envisage des actions dans le cadre démocratique.

Melv Le sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles