10222018Headline:

Burkina: Le sergent Badoun reconnait son implication dans le putsch manqué!

Le sergent Lamoussa Badoun, trente-cinquième accusé interrogé dans le cadre du procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina, a reconnu avoir été à Radio Oméga et à Savane FM, lors des événements.

L’accusé a soutenu que le 16 septembre, l’adjudant-chef major Eloi Badiel lui a ordonné, ainsi qu’au sergent Amidou Pagabelem, l’ordre d’aller interrompre des émissions radio a Gounghin et Kamboinsé, deux quartiers de Ouagadougou. Ils ont également été à radio Omega.

Le lendemain, sur ordre du capitaine Dao, Badoun, Pagabelem et le sergent-chef Bouda, ont été à la radio Savane FM, d’où était diffusé en boucle un appel à la résistance populaire et dont le matériel a été débranché et emporté.

Le 16 septembre 2015 des soldats du régiment de sécurité présidentielle (RSP, corps dont est issu la plupart des acteurs du putsch) ont interrompu le conseil des ministres qui se tenait à la présidence et retenu de force le président de la transition Michel Kafando, l’ex-Premier ministre Isaac Zida, et les ministres Réné Bagoro et Augustin Loada.

84 personnes (dont neuf en fuite) sont poursuivies pour “attentat à la sûreté de l’Etat”, lors du putsch avorté qui a résulté des arrestations des autorités.

Parmi les accusés figurent le général Gilbert Diendéré, chef de l’ex-RSP (garde rapprochée de l’ancien président Blaise Compaoré chassé du pouvoir en octobre 2014) et le général Djibril Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré.

La résistance populaire à la tentative de coup d’Etat a officiellement fait 14 morts et une quarantaine de blessés.

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires, dégradation aggravée de biens, Lamoussa Badoun, 33 ans, marié et père de deux enfants, ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment