01192019Headline:

Burkina: L’état d’urgence, une mesure radicale contre le terrorisme.

Le Burkina Faso fait face à une menace terroriste persistante depuis 2015. Le gouvernement burkinabé a donc décidé d’une mesure d’état d’urgence dont la prorogation est en discussion entre le Gouvernement et le Parlement.

Au sortir d’un Conseil extraordinaire des ministres, tenu ce mardi 8 janvier, le gouvernement burkinabè a transmis au Parlement un projet de loi prorogeant l’état d’urgence au-delà de douze jours. Ainsi qu’il est mentionné dans le communiqué officiel : « Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence au Burkina Faso, à l’Assemblée nationale. »

En application des dispositions de l’article 2 de la loi du 31 août 1959, la prorogation de l’état d’urgence au-delà de cette période ne pouvant être autorisée que par l’Assemblée nationale, c’est à juste titre que le Président Roch Marc Christian Kaboré et son gouvernement ont saisi les Députés burkinabè aux fins de voir cette mesure s’appliquer dans le temps pour une question de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme .

Notons que l’état d’urgence a été déclaré une semaine plus tôt, à savoir le 31 décembre 2018 dans sept régions du Faso en proie à la multiplication des attaques terroristes. Il s’agit notamment des régions des Cascades, des Hauts bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Centre-est, de l’Est, du Nord et du Sahel.

Ainsi, les autorités sécuritaires entendent quadriller le périmètre névralgique afin de réduire la mobilité des groupes terroristes et annihiler leurs nuisances. Car, à en croire Fulgance Dandjinou, porte-parole du gouvernement : « La mise en œuvre de la réponse sécuritaire connait de nombreuses difficultés liées, entre autres, au mode opératoire, au caractère transfrontalier de la menace terroriste. » Justifiant ainsi la prise de cette mesure exceptionnelle.

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment